1. Actus & Agenda
  2. FR
  3. Actus
  4. Institution et Engagements

300 jours de détention en Iran pour Fariba Adelkhah

Publié le 7 avril 2020 Mis à jour le 24 juillet 2020

Depuis plus de 300 jours, Fariba Adelkhah, chercheuse au Centre de recherches internationales de Sciences Po (CERI), est incarcérée en Iran. L’ULB lui exprime son soutien et sa solidarité et appelle à sa libération.

Fariba Adelkhah et Roland Marchal, tous deux chercheurs au Centre de recherches internationales de Sciences Po (CERI), ont été arrêtés en Iran au début du mois de juin 2019. Si Roland Marchal a été libéré le 20 mars 2020, Fariba Adelkhah reste quant à elle incarcérée.

Après une grève de la faim menée entre fin décembre 2019 et mi-février 2020, elle a été admise le 23 février dernier à l'hôpital de la prison d'Evine (où elle est incarcérée à Téhéran) en raison d’une “grave détérioration de son état de santé”.

Le procès de Fariba Adelkhah et Roland Marchal, qui devait démarrer le 3 mars 2020 devant la 15e chambre du tribunal révolutionnaire de Téhéran, a été reporté sine die, pour une raison inconnue. Les chefs d’accusation pour Fariba Adelkah sont : "propagande contre le système politique de la République islamique" et "collusion en vue d’attenter à la sûreté nationale". Seul ce dernier chef d’accusation était retenu contre Roland Marchal (qui n’a pas été officiellement acquitté mais libéré en échange de la libération d’un ingénieur iranien détenu en France).

La charge d'espionnage pesant à l'encontre de Fariba Adelkhah, passible de la peine de mort, a été abandonnée le 6 janvier 2020. Elle demeure cependant accusée de propagande contre le système politique de la République islamique et collusion en vue d’attenter à la sûreté nationale. Elle peut désormais recevoir les visites de sa famille et de son avocat, mais les autorités ne reconnaissant pas sa double nationalité, elle n’a pu jusqu’ici bénéficier d’aucune assistance consulaire française, à la différence de Roland Marchal.

L’ULB exprime son soutien et sa solidarité à Fariba Adelkhah, ainsi qu'à l'ensemble des scientifiques retenus en Iran et dans le monde.