Publié le 13 mai 2019 Mis à jour le 22 mai 2019

La fresque "Live painting" que Denis Meyers ("artiste Street art") a réalisée à l'occasion des commémorations de Mai 68 pour la Faculté de Philosophie et Sciences sociales a été placée au bâtiment H ce lundi 13 mai.


Denis Meyers est dans la place! ou plus précisément la fresque "Live painting" qu'il a réalisé à l'occasion des commémorations de Mai 68 pour la Faculté de Philosophie et Sciences sociales dans le cadre de la Fête de l'Iris 2018.

La toile, qui mesure 2,48 mètres de hauteur et 6 mètres de largeur, a été posée ce lundi 13 mai 2019 sur le mur de l'entrée du bâtiment H, au niveau 2, prête à être regardée...

Denis Meyers est un artiste urbain belge, qui a étudié à l’École Nationale Supérieure des Arts Visuels de La Cambre, à Bruxelles. Il est particulièrement connu pour ses fresques et ses stickers en forme de visages intitulés « perso » mais aussi pour sa performance éphémère qui a consisté à peindre près de 25 000 m² d’un immeuble désaffecté voué à la destruction et depuis lors détruit.
 

"Live painting" par Denis Meyers, 6 mai 2018

A l’occasion des commémorations de Mai 68, la Faculté de Philosophie et Sciences sociales de l’ULB a demandé à l'artiste urbain Denis Meyers de créer une fresque monumentale de Street art sous les yeux des visiteurs lors de la fête de l’IRIS au parc royal de Bruxelles. Denis Meyers a réalisé cette toile autour de mots et slogans proposés et votés par les membres de notre faculté et le public présent à qui il avait été demandé de livrer les mots qui symbolisaient au mieux l’esprit de contestation et de revendication en 2018, 50 ans donc après le mois de mai le plus célèbre de l’histoire.

Du Street art pour revenir sur Mai 68 … évidemment ! Cette révolte historique, à tous les niveaux de la société, estudiantine et ouvrière, fut propice à un mode d’expression libre et transgressif pour exprimer des messages contestataires, transgressifs, politiques et sociaux. L’art urbain devient un mode d’expression artistique reconnu. C’est sur les murs que s’affichent les slogans, résonnant encore aujourd’hui et résumant en quelques mots et dessins le basculement d’un monde. Se définissant comme typographe Denis Meyers incarne parfaitement l’esprit souhaité par la Faculté dans l’élaboration de cette œuvre de Street Art commémorative.