1. Actus & Agenda
  2. FR
  3. Actus
  4. Institution et Engagements

Interview d'Isabelle Mazzara, nouvelle directrice générale de l'ULB

Publié le 9 avril 2019 Mis à jour le 10 avril 2019

Le 18 mars dernier, à l’issue d’une procédure de sélection longue de plusieurs mois, le Conseil d’administration a désigné Isabelle Mazzara comme future Directrice générale de l’Université. Portrait de celle qui succèdera, fin juillet, à Michel Loeb dans cette fonction instaurée il y a 5 ans.

Vous ferez votre première rentrée universitaire, 27 ans après avoir été diplômée de l’ULB. Quel a été votre parcours étudiant et professionnel jusqu’à aujourd’hui ?

Après avoir obtenu une licence en Sciences politiques et une en Droit international à l’ULB, j’ai entamé une carrière au Ministère de l’Intérieur. A l’occasion de la Présidence belge de l’Union européenne, il m’a été demandé de mettre mon expertise au service d’un cabinet ministériel. C’est ainsi que j’ai d’abord travaillé pour le cabinet de l’Intérieur, de la Coopération au développement et de la Politique d’asile et d’immigration.

J’ai ainsi travaillé pour différents cabinets libéraux, néerlandophones et francophones. J’ai toujours pu conserver mon indépendance. Je dois en effet pouvoir me sentir libre de penser et d’agir selon mes valeurs, valeurs que je partage avec mon alma mater. « L’homme est condamné à être libre », disait Sartre. Cette liberté n’a de sens que si l’on est prêt à choisir mais aussi à assumer nos choix.

Depuis 2013, je suis revenue au SPF Intérieur, d’abord comme Directrice générale « Institutions et population » et un an après comme Présidente. En 2017, j’ai été désignée par mes pairs comme Présidente du collège des présidents des SPF. Je suis également administratrice, à titre personnel, de Child Focus depuis 4 ans.

Quelles raisons vous ont poussé à changer de secteur et à vous tourner vers le milieu universitaire ?

Je dirais que je n’ai pas tellement l’impression d’avoir voulu quitter ma fonction mais plutôt que j’en embrasse une autre. Retrouver l’ULB, c’est un retour « aux sources du savoir » et donc une formidable opportunité à laquelle je ne pouvais résister.

J’ai une très grande passion pour l’administration publique, l’idée du service à la population et la défense de l’intérêt général. Autant de thématiques que je pourrai retrouver à l’Université puisqu’elle a pour mission de former les citoyens de demain mais aussi de répondre aux enjeux sociétaux d’aujourd’hui : révolution technologique, transition énergétique, enjeux climatiques, ... L’ULB est une université au cœur de la ville ce qui selon moi décuple sa responsabilité sociétale comme actrice de progrès et de développement.

Il faut aussi dire que je n’ai jamais vraiment quitté l’ULB, ayant mené de nombreux projets en partenariat avec des professeurs de la maison, notamment via l’organisation de stages au sein du SPF pour les étudiant.e.s du master en management public ou encore le mentoring des étudiantes de sciences-po. Je connais également l’Université de façon plus « intime » puisque mon mari occupe actuellement le poste de Doyen de la Faculté d’Architecture la Cambre Horta. On ne sera peut-être pas toujours d’accord mais je sais déjà que nous aurons toujours un intérêt commun : celui de l’Université.

Enfin, j’ai bien entendu mon idée sur l’évolution de la gestion de l’État, mais vu mon devoir de réserve lié au statut de fonctionnaire, je ne souhaite pas m’exprimer plus avant.

Quelle est votre vision du poste de Directrice générale ?

Il s’agit avant tout d’une fonction de coordination où l’on doit pouvoir assurer le dialogue et un soutien aux différents corps.

Je souhaite pouvoir sublimer les talents internes et leur donner les conditions d’épanouissement et de réussite de leurs projets, par exemple en développant les offres de travail bénéficiant des moyens modernes comme je l’ai fait au SPF Intérieur. J’y ai toujours misé sur l’humain, l’équilibre vie privée/vie professionnelle, le bien-être au travail et le respect de chacun.

J’ai le sentiment qu’il y beaucoup d’attentes à l’ULB. Je m’engage avec force pour rencontrer ces demandes, les entendre et les porter, ensemble avec mes collègues.

Quelle orientation souhaitez-vous donner à ce poste, en tant que deuxième à l’occuper ?

J’aime travailler en équipe. Ce n’est pas mon style de m’enfermer dans mon bureau pour décider seule. Je ne peux donc, à ce stade, vous donner une feuille de route précise.

Ma première démarche sera de rencontrer, d’écouter, d’apprendre et de bien m’imprégner de la situation du personnel de l’Université…peut être de rassurer aussi.

Ensuite, j’élaborerai, avec toute l’équipe, une feuille de route qui permette de mettre en œuvre le plan stratégique actuellement en gestation au niveau de l’Assemblée plénière.

En quoi votre expérience professionnelle vous servira-t-elle à l’ULB ?

Je resterai fidèle aux notions qui ont toujours été essentielles, tout au long de mon parcours professionnel, à savoir le sens du service public et de l’intérêt général, du service à la collectivité. Mais aussi le sens du dialogue et du compromis, aiguisé par des années de discussions et d’élaboration de partenariats avec les équipes et représentants du personnel.

Je pense comprendre également les défis d’une grande institution avec un personnel nombreux et des enjeux liés à l’évolution des attentes de ses publics mais aussi de son personnel.

Enfin, je sais ce que veut dire défendre ses valeurs au quotidien et veiller à ce que toute décision soit sous-pesée au regard de celles et ceux qui en seront impacté·e·s.