Publié le 16 février 2022 Mis à jour le 6 avril 2022

Notre rectrice, Annemie Schaus, réagit aux dénonciations de violences à caractère sexuel, de harcèlement moral et de harcèlement sexuel présents dans le milieu universitaire: "Aucune tolérance pour les violences!"




Message de la rectrice de l'ULB, Annemie Schaus:

Chères étudiantes, Chers étudiants,
Chères et Chers collègues,

Ces derniers jours, les universités belges font l’objet d’une vague de dénonciations dans les médias qui nous rappellent à nouveau combien les violences à caractère sexuel, le harcèlement moral et le harcèlement sexuel sont présents dans notre société. Les universités n’y échappent malheureusement pas.

Nos campus doivent être des lieux sûrs pour toutes et tous. Les auteur·es de comportements sexistes ou discriminatoires, de harcèlement ou de violences à caractère sexuel doivent savoir que nous mettons tout en œuvre pour mettre un terme à leurs comportements et méfaits. Celles et ceux qui sont menacés ou harcelés doivent être entendus, protégés et aidés.

Consciente de ces situations inacceptables, l’Université libre de Bruxelles a, depuis 2019, réformé ses procédures, augmenté et amélioré ses plans de lutte contre toutes formes de violences dont notamment les violences à caractère sexuel et créé des structures d’écoute, de prévention et d’accompagnement avec toutes les garanties d’indépendance.

Si vous-même avez été victime ou témoin d’une agression à l’Université, n'hésitez jamais à faire appel aux structures spécifiques. Pour les étudiant·es, il s’agit de Cash.e, le Centre d’accompagnement et de soutien dans les risques de harcèlement. Quant aux membres du personnel, ils peuvent se tourner vers les personnes de confiance présentes sur les différents campus et vers les conseillers en prévention.
 

Nous avons également lancé à la rentrée une campagne rappelant le caractère essentiel du consentement et l'existence des différents services d'accompagnement et d'écoute à l'Université. Vous trouverez toutes leurs coordonnées sur www.ulb.be/consentement.

Enfin, des instructions internes peuvent être menées par les autorités tant à destination du personnel que des étudiantes et étudiants. Ces instructions peuvent conduire à des sanctions disciplinaires très graves. Je vous rappelle mon engagement à ce que toute plainte qui nous est transmise soit traitée avec la plus grande attention et à ce que les mesures qui s’imposent soient prises.

Aucune tolérance pour les violences !

Date(s)
le 16 février 2022