Publié le 7 août 2019 Mis à jour le 20 août 2019

Arrêté en Iran en avril 2016, Ahmadreza Djalali est introuvable depuis une semaine. Professeur invité à la VUB, l'ULB tient à apporter son soutien à sa famille.

L'ULB réaffirme son soutien à Ahmadrez Djalali et à sa famille. L’Université, qui condamne les obscurantismes et les diverses formes d’autoritarismes, en profite pour réaffirmer avec force son attachement indéfectible à la liberté d'expression et à la liberté académique partout dans le monde. L'ULB se joint aux voix et signataires qui demandent la libération du professeur Djalali. 

Amnesty International annonce sur son site le retour du professeur Djalali à la prison d'Evin à Téhéran. 
 

Rappel des faits 

Ahmadreza Djalali, spécialiste de la médecine d’urgence résidant en Suède et qui a été professeur invité à la VUB, a été arrêté en avril 2016 pour collaboration avec le Mossad et condamné à la peine de mort en Iran. Personne ne sait où il se trouve. Amnesty International appelle la Belgique, l’Italie et la Suède à “contacter d’urgence les autorités iraniennes pour obtenir des éclaircissements”

Il y a quelques jours, ce professeur de médecine qui enseignait à Bruxelles, a été transféré, les yeux bandés, de la prison où il était incarcéré en Iran vers un lieu tenu secret. Ni sa famille ni son avocat ne savent où il est détenu ni ne connaissent les raisons de ce transfert.

Puni à tort et torturé pour avoir refusé d’utiliser ses relations académiques pour espionner pour le compte de l’Iran, il est désormais victime de disparition forcée, ce qui, en plus d’être une violation des droits humains, augmente le risque de torture et de mauvais traitements et le soustrait à toute protection.