1. Actus & Agenda
  2. FR
  3. Actus

Nos unifs ne sont pas égales face à la menace d'un Brexit dur (L'Echo)

Publié le 24 avril 2019 Mis à jour le 7 mai 2019

Sans contrat de divorce à l’amiable, le Brexit marquerait une rupture dans les relations entre les universités du continent et celles du Royaume-Uni. Ce serait un désastre pour la recherche européenne.

La majeure partie des fonds européens que les universités belges obtiennent grâce à des consortiums de recherche sont liés à des universités britanniques, peut-on lire dans L'Echo.

Sans contrat de divorce à l’amiable, le Brexit marquerait une rupture dans les relations entre les universités du continent et celles du Royaume-Uni. Ce serait un désastre pour la recherche européenne, alors que les institutions britanniques se classent parmi les meilleures au monde. Cela pourrait aussi poser un problème aux universités du continent dans leur accès aux financements européens. Car si l’Union finance des projets individuels, elle soutient aussi les projets collaboratifs. Et les consortiums auxquels participent les universités francophones belges sont très majoritairement formés avec des chercheurs britanniques.