1. Actus & Agenda
  2. FR
  3. Actus
  4. Recherche

À la recherche de l'or et l'argent dans les égouts de Bruxelles

Publié le 22 octobre 2019 Mis à jour le 24 octobre 2019

Les chercheurs de l'ULB participent au projet SUBLIMUS, dont le but est de développer un procédé pour récupérer des métaux nobles contenus dans les boues résiduaires des stations d'épuration bruxelloises

Nos eaux usées contiennent des métaux précieux (or, argent, platine...) et des métaux lourds (cuivre, zinc, plomb...). Ces composés s’y retrouvent suite à l'érosion des bijoux, l'utilisation dans des médicaments ou des agents antibactériens, le rejet des catalyseurs des moteurs diesel, etc. On les retrouve ensuite à l’autre bout de la chaine d’épuration des eaux : dans les boues résiduaires des stations d’épuration. Ces boues doivent actuellement être éliminées par incinération, avec les coûts et les risques environnementaux qui y sont associés.

Quand on sait que les sources traditionnelles de ces métaux seront épuisées dans 20 ans, on comprend très vite l’intérêt du projet de recherche SUBLIMUS.

Soutenu par INNOVIRIS jusque fin février 2022, ce projet a pour but de développer un procédé économique et écologique pour la récupération de ces métaux nobles dans les boues résiduaires des stations d'épuration de la Région de Bruxelles-Capitale.

Le laboratoire Engineering of Molecular NanoSystems (EMNS) de l’Ecole Polytechnique de Bruxelles de l’ULB participe au projet aux côtés de la VUB et de l’Institut de Recherche LABIRIS. Les chercheurs évalueront la quantité de métaux présents dans les boues issues de deux stations d'épuration de Bruxelles et étudieront un mode d'extraction utilisant des bactéries - la bio-lixiviation. Enfin, les chercheurs de l'ULB, en collaboration avec l'équipe de la VUB, étudieront comment ils pourront extraire et purifier les métaux précieux de manière la moins dommageable possible pour l’environnement.

"À titre d'exemple, on peut citer le développement de nanoparticules magnétiques couvertes d’une couche organique capable de lier l'or : après adsorption du métal, ces particules peuvent être séparées du mélange à l’aide d’un aimant",

explique Gilles Bruylants, chercheur du EMNS et responsable ULB du projet.

Contact
Service Communication Recherche : 02 650 92 03; com.recherche@ulb.ac.be