1. Actus & Agenda
  2. FR
  3. Actus
  4. Recherche

Brexit : pas d’affolement chez les chercheurs de la FWB

Publié le 15 avril 2019 Mis à jour le 23 avril 2019

Un rapport analyse les effets éventuels d’un Brexit "dur" pour les six universités de la Fédération Wallonie-Bruxelles (FWB).

L’objectif de cette étude est double. D’abord, elle vise à situer la place des 6 universités de la FWB dans les projets financés par le programme Horizon 2020 et repérer, parmi eux, ceux qui incluent des partenaires britanniques. Ensuite, elle cherche à comprendre comment remédier à cette éventuelle perte de partenaires, en étudiant comment les services de soutien aux chercheurs s’organisent au sein des universités.

Fanny Sbaraglia et Émilien Paulis CEVIPOL, Faculté de Philosophie et Sciences sociales – soulignent comme principal résultat que la perspective du Brexit n’est pas considérée comme une inquiétude par les chercheurs et les services de soutien au montage de projets dans les universités de la FWB. En effet, même si les Britanniques comptent parmi les partenaires centraux, leur position est équivalente aux partenaires français, allemands, néerlandais ou italiens. Comme l’expriment les chercheurs interrogés dans cette recherche, la perte des Britanniques est avant tout dommageable sur le plan scientifique, mais ils considèrent qu’ils ont les idées et les réseaux pour monter des projets avec des consortiums alternatifs.

De manière globale, les chercheurs sont satisfaits des services de soutien proposé pour les montages de projets dans leurs universités. Néanmoins, le rapport montre qu’une décentralisation et une valorisation des postes de logisticiens de recherche dans les facultés ou les unités de recherche permettraient de stabiliser et de spécialiser le soutien aux chercheurs afin de pallier les effets du Brexit.

L’ensemble du rapport est en ligne.

Contact
Service Communication Recherche :