Publié le 17 décembre 2018 Mis à jour le 21 mai 2019

Une équipe belgo-espagnole identifie une population de cellules tumorales responsable de la résistance aux traitements et des rechutes..

La résistance aux traitements est un problème majeur pour les patients atteints de cancer, notamment car elle est à l'origine de la récidive tumorale. Une équipe de chercheurs belges et espagnols, dirigée par Cédric Blanpain - Laboratoire des Cellules souches et Cancer, Faculté de Médecine -, identifie une population de cellules tumorales responsable de la résistance aux traitements et des rechutes dans le cancer le plus fréquent chez l'homme : le carcinome basocellulaire qui apparait à la surface de la peau.

Dans cette étude publiée dans la revue Nature, Adriana Sánchez-Danés et ses collègues décrivent les mécanismes par lesquels le vismodegib – un médicament utilisé pour traiter les carcinomes basocellulaires – induit la régression tumorale. Les chercheurs montrent que le vismodegib induit la différenciation de la majorité des cellules tumorales, conduisant à leur élimination. Cependant, le traitement par vismodegib conduit à l'émergence d'une population de cellules tumorales dormantes, caractérisées par l'activation de la voie de signalisation Wnt.

Les chercheurs ont aussi découvert que l'inhibition concomitante de la voie de signalisation Wnt avec le traitement par vismodegib supprime les cellules tumorales résistantes aux traitements et conduit ainsi à l'éradication tumorale dans la grande majorité des cas. Les deux médicaments existent déjà en clinique: la prochaine étape sera de conduire une étude clinique sur l'administration de ces deux médicaments chez les patients présentant des rechutes du carcinome basocellulaire.

Contact
Service Communication Recherche :