Publié le 18 février 2020 Mis à jour le 18 février 2020

En Chine, les auteurs francophones belges sont très peu connus du grand public. Une marginalité principalement due à la méconnaissance du public chinois de notre pays.

Dans un article publié dans la revue Textyles, Wei Yuan East, Maison des Sciences humaines - étudie les cas de trois auteurs belges francophones de renom : Maurice Maeterlinck, Jean-Philippe Toussaint, Amélie Nothomb, et leur circuit d’entrée en Chine. La chercheuse y explique que des auteurs classiques, comme Maurice Maeterlinck, sont favorisés par les maisons d’édition car ils ne sont plus soumis aux droits d’auteur. Des écrivains très populaires en Belgique, tels qu'Amélie Nothomb et Jean-Philippe Toussaint, ne le sont pas forcément en Chine à cause du positionnement que les éditeurs leur ont défini.

Wei Yuan a aussi établi un répertoire des auteurs francophones belges traduits dans la Chine contemporaine et a étudié les facteurs institutionnels qui ont conduit les traducteurs à cette littérature. Enfin, la chercheuse montre que les auteurs belges francophones ne disposent pas du même retentissement que les auteurs français - les organismes de promotion de la culture ne disposant pas des mêmes moyens.

Cet article s’inscrit dans la thèse que réalise Wei Yuan sur la sociologie de la traduction de la littérature française contemporaine en Chine.

Contact
Service Communication Recherche : com.recherche@ulb.ac.be