Publié le 3 avril 2020 Mis à jour le 6 avril 2020

Chaque année, près de 170.000 personnes meurent suite à une cirrhose du foie, souvent associée à des infections bactériennes. Des chercheurs de l'IMI et de l'Hôpital Erasme ont identifié les causes moléculaires qui expliquent comment la maladie du foie influence les fonctions immunitaires.

La cirrhose du foie, généralement causée par un abus d’alcool dans nos pays, est responsable de près de 170.000 décès chaque année en Europe. Les infections bactériennes sont souvent responsables de la progression de la maladie et de la mort de ces patients. Cependant, les mécanismes qui mènent à cet état d’immunodéficience ne sont pas encore compris.

Dans une étude récemment publiée dans la revue européenne Journal of Hepatology, les équipes du Service de gastro-entérologie de l’Hôpital Erasme - Dr. Thierry Gustot - et de l’Institut d’immunologie médicale, IMI - Dr. Stanislas Goriely - ont étudié la fonction immunitaire des patients cirrhotiques les plus à risques. Ils ont pu mettre en évidence que les cellules sanguines de ces patients présentaient de nombreuses altérations fonctionnelles qui étaient associées à leur pronostic vital. Les chercheurs ont identifié les causes moléculaires qui expliquent comment la maladie du foie influence les fonctions immunitaires, notamment en reprogrammant ces cellules par des mécanismes épigénétiques.

Ces recherches ouvrent la voie vers de nouvelles cibles thérapeutiques dans un domaine où peu de traitements sont actuellement disponibles.

Contact
Service Communication Recherche : com.recherche@ulb.ac.be