1. Actus & Agenda
  2. FR
  3. Actus
  4. Recherche

Comment le mariage entre personnes du même sexe et l’homoparentalité sont-ils perçus par les jeunes hétérosexuels à travers l’Europe ?

Publié le 17 décembre 2020 Mis à jour le 17 décembre 2020

Quelles sont les attitudes des jeunes hétérosexuels en Europe à l’égard des unions et des parentalités homosexuelles ? Une grande étude internationale menée par des chercheurs en psychologie de l’ULB s’est penchée sur la question.

Les jeunes en Belgique ont-ils la même perception des couples homosexuels que leurs congénères en Grèce ou en Pologne ? La réponse est non !

Plus de 13.000 étudiantes (61%) et étudiants à travers l’Europe ont été interrogés entre avril 2012 et novembre 2014. En Belgique, Italie, France, Portugal, Pologne, Espagne et Grèce. 

L’étude, publiée dans Sexuality Research and Social Policy, a été menée par Salvatore D’Amore du Service de Psychologie de développement et de la famille, Robin Wollast, Olivier Klein et Pierre Bouchat du Centre de Recherche en Psychologie Sociale et Interculturelle à l’ULB. Ce sont deux centres de recherche de la Faculté des Sciences psychologiques et de l’Éducation. En outre, Robert-Jay Green de l’Alliant International University de San Francisco (USA) et une dizaine de collaborateurs et collaboratrices issus de pays différents ont également participé à cette étude.

L’objectif de cette recherche était de voir dans quelle mesure différents facteurs influençaient les attitudes générales envers les personnes gays et lesbiennes, le soutien du mariage entre personne de même sexe et l’homoparentalité. Spécifiquement, les facteurs influençant ces attitudes étaient (1) le traditionalisme lié aux rôles de genre (2) la fréquence et la qualité des contacts interpersonnels avec des homosexuels et (3) la religiosité (i.e., Croyance religieuse, aptitude à cette croyance).

Les chercheurs ont démontré que les attitudes étaient les plus négatives chez les hétérosexuels en Pologne et en Grèce par rapport à la Belgique, la France, l’Italie et le Portugal. Ces différences peuvent s’expliquer principalement par des niveaux moyens de religiosité et de rôles traditionnels de genre plus élevés en Pologne et en Grèce par rapport aux autres pays de l’étude.

En somme, la manière dont les personnes homosexuelles sont perçues varie à travers l’Europe et est influencée par le contexte sociopolitique propre à chaque pays. En outre, cette étude a permis de mettre en évidence qu’une augmentation de la fréquence ainsi que de la qualité des contacts entre les personnes hétérosexuelles et homosexuelles, diminuait les attitudes négatives avec ces dernières.

Enfin, cette étude constitue une base solide qui rappelle l’importance du rôle que peuvent jouer le contexte législatif et politique sur les attitudes envers les personnes homosexuelles. Dans ce contexte, les chercheurs encouragent les législateurs, politiciens et autres travailleurs compétents à considérer ces résultats en vue de diminuer les attitudes négatives ainsi que la discrimination envers les personnes homosexuelles, leurs couples et leurs familles.

Contact
Communication Recherche : com.recherche@ulb.ac.be