1. Actus & Agenda
  2. FR
  3. Actus
  4. Recherche

Comment les apnées du sommeil accroissent la fatigue mentale

Publié le 20 mai 2020 Mis à jour le 20 mai 2020

Parmi les troubles du sommeil altérant de manière significative la qualité du sommeil, le syndrome d’apnées-hypopnées obstructives du sommeil est l’un des plus fréquents. Explications de Oumaïma Benkirane dans The Conversation.

Le sommeil joue un rôle important dans de nombreux processus biologiques : récupération physique, régulation de la température corporelle, réparation des tissus, contrôle immunitaire… Des études menées ces dernières décennies ont aussi révélé qu’il est également fondamental pour notre fonctionnement cérébral. Pour The Conversation, Oumaïma Benkirane - Unité de recherche en Neuropsychologie et Neuroimagerie fonctionnelle, Faculté des Sciences psychologiques et de l’éducation – explique les effets des apnées du sommeil:

vdsv « Souvent, la reprise de la respiration après une apnée s’accompagne d’un étouffement et de mouvements, ce qui entraîne des réactions d’éveil de courte durée et un fractionnement du sommeil qui altère son pouvoir réparateur. Ces courts réveils ne sont généralement pas ressentis, mais le dormeur peut parfois se réveiller en sursaut avec une pénible sensation d’étouffement. Dans le cadre des hypopnées, la mauvaise oxygénation du cerveau l’empêche de fonctionner normalement et d’atteindre le sommeil lent profond récupérateur. »

Lire l’entièreté de l’article.

Contact
Service Communication Recherche : com.recherche@ulb.ac.be