Publié le 11 mai 2020 Mis à jour le 12 mai 2020

L’isolement, l’ennui et le mal-être causés par le confinement influencent-ils nos habitudes de consommation ? Une étude menée par Xavier Noël montre qu’une personne confinée sur quatre éprouve des difficultés à réguler ses comportements consuméristes.

Alcool, tabac, cannabis, jeux vidéo et alimentation. En période de confinement, nos habitudes de consommation se sont transformées. Menée auprès de 375 personnes, une étude dirigée par Xavier Noël - Laboratoire de Psychologie médicale et Addictologie, Faculté de Médecine – a tenté des comprendre l’impact du confinement et de la baisse de moral qui y est associée sur nos comportements de consommateur.

L’enquête montre que tous les comportements consuméristes ne sont pas influencés de la même manière.

« Contrairement aux idées reçues, la consommation d’alcool, de tabac et de cannabis se maintient ou diminue chez les trois-quarts des personnes interrogées», explique Xavier Noël.

Cependant, il n’en va pas de même pour la consommation de nourriture, exprimée en quantité et en grignotage, et de la pratique des jeux vidéo qui ont augmenté respectivement pour 30 et 60% des personnes interrogées.

Cette recherche montre qu’une personne confinée sur quatre manifeste des difficultés à réguler ses comportements consuméristes, notamment en raison de l’augmentation des émotions négatives ressenties en période de confinement. « Un point important à signaler, et qui doit nous inviter à la vigilance, c’est que les personnes ayant augmenté leur utilisation d’alcool, ainsi que le nombre d’états d’ivresse, de cannabis, de tabac et de nourriture, présentaient avant la pandémie Covid-19 une utilisation plus problématique que les personnes ayant maintenu ou diminué leur consommation durant le confinement ».

« Ce facteur de vulnérabilité peut être formulé comme la tendance générale de consommer pour faire face à un ressenti émotionnel négatif, et chez ces personnes, le risque d’emballement et d’addiction n’est pas écarté ».

Aujourd’hui, l’étude se poursuit afin d’estimer la manière dont les étapes du déconfinement modifient ces comportements.

Contact
Service Communication Recherche : com.recherche@ulb.ac.be