1. Actus & Agenda
  2. FR
  3. Actus
  4. Recherche

Covid-19 : 15 % des formes graves de la maladie s’expliquent par des anomalies génétiques et immunologiques

Publié le 25 septembre 2020 Mis à jour le 25 septembre 2020

Pourquoi la réponse à l'infection par le virus SARS-CoV2 varie-t-elle autant d’une personne à l’autre? Un grand consortium international a identifié les premières causes génétiques et immunologiques expliquant 15% des formes graves de Covid-19. Les résultats de ces travaux auxquels ont participés des médecins de l’hôpital Erasme sont publiés dans la revue Science.

Dès le début de pandémie de Covid-19, le chercheur Jean-Laurent Casanova et son équipe ont mis en place le consortium international « COVID human genetic effort » dans le but d’identifier les facteurs génétiques et immunologiques pouvant expliquer la survenue de formes graves de la maladie.

Les chercheurs ont identifié les premières causes génétiques et immunologiques expliquant 15% des formes graves de Covid-19.

Ces malades ont un point commun : un défaut d’activité de certaines molécules du système immunitaire ayant une puissante activité antivirale. Ces découvertes pourraient permettre d’identifier les patients à risque, d’anticiper et d’améliorer leur prise en charge et d’offrir potentiellement de nouvelles voies thérapeutiques (dont certaines existent déjà).

Avec l'aide de cliniciens d'hôpitaux du monde entier, dont ceux de l'Hôpital Erasme, des patients atteints de formes sévères du Covid-19 malgré l'absence de facteurs de risque connus ont été recrutés. Pour l’ULB, les recherches ont été menées par Isabelle Migeotte et Isabelle Vandernoot, du Centre de Génétique Humaine, Hôpital Erasme.

En ciblant leurs recherches sur la voie des interférons (IFN) de type I, qui sont de puissantes molécules antivirales, les chercheurs ont mis en évidence deux nouveaux facteurs de risque :

  • des anomalies génétiques qui diminuent la production des IFN de type I (3-4% des formes graves).
  • une pathologie auto-immunitaire qui se traduit par la production d'auto-anticorps (anticorps dirigés contre des molécules du soi) bloquant l’action des IFN de type I (10-11% des formes graves).

L’ensemble de ces découvertes, publiées dans Science, expliquerait donc 15% des formes graves de Covid-19. Ces données pourraient en partie expliquer l’incidence élevée de forme sévère chez les hommes et les plus de 65 ans.

Contact
Communication Recherche : com.recherche@ulb.ac.be