1. Actus & Agenda
  2. FR
  3. Actus
  4. Recherche

CurieuzenAir: le flair des Bruxellois·es au service de la qualité de l'air

Publié le 26 mai 2021 Mis à jour le 1 juin 2021

CurieuzenAir est le plus grand projet de science participative sur la qualité de l’air jamais mené à Bruxelles. Cette initiative pionnière mobilise des milliers d’habitants et habitantes en vue de cartographier la qualité de l’air à l’échelle de la Région de Bruxelles-Capitale avec l’aide de scientifiques professionnelles. Les données socio-économiques récoltées seront analysées par les scientifiques de l'ULB.

Le projet de science participative "CurieuzenAir" va effectuer des mesures simultanément sur 3000 sites dans le but de cartographier la qualité de l’air à l’échelle de la Région de Bruxelles-Capitale, avec une envergure géographique sans précédent. Des familles, des entreprises, des associations et des écoles auront la possibilité de participer à la collecte de données. Ce projet pilote a pour ambition de faire œuvre pionnière et d’être reproduit dans d’autres villes européennes.

Les données qui seront enregistrées aux quatre coins de la capitale contribueront à la résolution d’un problème scientifique complexe. CurieuzenAir entend générer un ensemble de données unique en son genre à l’échelle internationale qui permettra de mieux comprendre l’exposition à la pollution de l’air et son impact sur la santé. Ces données fourniront des informations plus fiables pour les politiques de lutte contre la pollution atmosphérique et Bruxelles Environnement pourra s’en servir pour optimiser les modèles relatifs à la qualité de l’air. Ce faisant, CurieuzenAir apporte une contribution innovante au nouveau plan d’action de l’UE "Zéro pollution" qui met fortement en avant l’amélioration de la qualité de l’air grâce à un large engagement de la population.

CurieuzenAir utilise un montage inventif qui permet à des non-scientifiques de collecter des données de qualité. Les participantes et participants fixent un panneau immobilier à une fenêtre de leur maison, côté rue. Deux tubes de test occupent le "nez" de ce panneau, ils servent à calculer la concentration en dioxyde d’azote (NO2), un indicateur de pollution provoquée par la circulation, dans l’air extérieur. Ce panneau reste en place 4 semaines. Les données récoltées subissent un contrôle de qualité très strict et sont étalonnées sur la base des 11 stations de mesure de Bruxelles Environnement.

Les données seront collectées sous la houlette de scientifiques de l’Université d’Anvers, tandis que l’analyse socioéconomique sera dirigée par l’Université libre de Bruxelles.
Contact
Communication Recherche : com.recherche@ulb.ac.be