1. Actus & Agenda
  2. FR
  3. Actus
  4. Recherche

Aller-retour entre l'Amérique et l'Europe: comment le cochon d’Inde a été domestiqué

Publié le 4 juin 2020 Mis à jour le 4 juin 2020

Le cochon d’Inde a petit à petit été domestiqué comme animal de compagnie ou comme petit élevage destiné à l’alimentation. Peter Eeckhout et Céline Erauw du CReA-Patrimoine - Faculté de Philosophie et Sciences Sociales –, en collaboration avec d’autres chercheurs, analysent l’origine et les voies de dispersion de cette domestication dans Nature-Scientific Reports.

Si le cochon d’Inde est surtout connu en Europe comme animal de compagnie, en Amérique du Sud, il fait partie du régime alimentaire au même titre que les poules ou les lapins chez nous. En outre, les Incas les sacrifiaient de mille façons et les donnaient en offrandes.

Grâce à des analyses ADN, des chercheurs retracent le processus et la diffusion de la domestication de cet animal. Les archéologues Peter Eeckhout et Céline Erauw, aspirante au FRS-FNRS, du CReA-Patrimoine - Faculté de Philosophie et Sciences Sociales - ont collaboré à cette recherche et co-signent l’article publié dans Nature-Scientific Reports.     

Il y a 10.000 ans, les cochons d’Inde étaient une source de nourriture sauvage. Plus tard, ils furent domestiqués et ont été dispersés bien au-delà de leur aire d’origine.

Cette dispersion s’est faite via des réseaux d’échanges précolombiens puis, plus récemment, mondiaux. Les chercheurs retracent cette histoire – origines et voies de dispersion - grâce à 46 échantillons provenant de sites archéologiques au Pérou, en Bolivie, dans les Caraïbes, en Belgique et aux Etats-Unis.

Les résultats indiquent un centre indépendant de domestication des cochons d’Inde dans les Hautes terres colombiennes à l’est. Ils ont également identifié une origine péruvienne à l’introduction initiale de cochons d’Inde domestiques depuis l’Amérique du Sud vers les Caraïbes. C’est aussi probablement depuis le Pérou que seraient partis les premiers « envois » connus de cochons d’Inde vers l’Europe et le sud-est des Etats-Unis, dans le cadre du commerce d’animaux exotiques. Enfin, les chercheurs mettent en évidence une réintroduction moderne des cobayes vers Porto Rico où les habitants les utilisent pour se nourrir.

Cette recherche démontre que la nature et l’histoire culturelle des cobayes sont plus complexes que ce qui était connu auparavant et ont des implications pour d'autres études régionales ou à l'échelle mondiale sur la domestication, la translocation et la distribution.

Contact
Service Communication Recherche : com.recherche@ulb.ac.be