Publié le 10 mars 2020 Mis à jour le 10 mars 2020

La littérature jeunesse a longtemps été l’élève oublié des recherches universitaires en théorie et histoire de la littérature. La revue Textyles y consacre son dernier numéro.

"Univers de couleurs et de lumières, mêlant aquarelle et encre de Chine - ici, on rencontre des animaux qui nous ressemblent" : dans le dernier numéro de la revue Textyles, Laurence Brogniez - Philixte- Faculté de Lettres, Traduction et Communication - parcourt la bibliothèque de l’auteure jeunesse Mélanie Rutten.

En dressant la liste des auteurs (jeunesse ou non) qui ont inspiré l’illustratrice, Laurence Brogniez utilise une approche génétique, plus généralement appliquée à la littérature dite "sérieuse". En effet, les livres pour enfants ne suscitent encore que peu d’intérêt dans les recherches universitaires. Pourtant, ils représentent une grande part de la production littéraire en Belgique francophone et comptent de nombreux talents, internationalement reconnus.

"Un livre jeunesse s’adresse aux enfants par les images, mais également aux adultes qui les lisent à voix haute", précise Laurence Brogniez.

La chercheuse s’est intéressée au cas précis de Mélanie Rutten car ses ouvrages sont des exemples parfaits de cette double lecture "enfant-adulte". Le parcours atypique de l’illustratrice a également interpelé Laurence Brogniez: autodidacte issue du monde de la photographie, sa bibliothèque a été pour elle un outil de formation.

Contact
Service Communication Recherche : com.recherche@ulb.ac.be