Publié le 27 mai 2021 Mis à jour le 27 mai 2021

Conversation du tac au tac avec Emmanuelle Honoré, chercheuse "Marie-Curie"

Votre recherche en trois phrases ?   

J’étudie les peintures préhistoriques du Sahara. Je cherche à décrypter ce qu’elles nous disent de la façon dont les hommes concevaient le monde : leurs modes de vie et leurs modes de pensée. Je m’intéresse en particulier aux organisations sociales et aux façons de voir et représenter le monde. 
 

Une personnalité ? 

Marie Skłodowska-Curie, sans hésiter ! Une battante, une immense scientifique à l’époque où seuls les hommes pouvaient se faire entendre : prix Nobel de physique en 1903 et Nobel de chimie en 1911. C’est un modèle de ténacité pour moi. 



Une période de la préhistoire ? 

La période la plus significative à mes yeux est la transition de modes de vie de chasse-cueillette (Paléolithique) vers des modes de vie d’éleveurs et/ou agriculteurs (Néolithique). Cette transition se passe de cent façons différentes selon les endroits du monde : preuve fascinante de l’inventivité humaine.


Une région du monde ? 

L’Afrique, mère des hommes, des arts et de la culture. J’aurais bien des raisons objectives pour expliquer mon attrait pour le continent africain, mais en réalité c’est viscéral. 


La Sahara Vert ? 

Saviez-vous que Sahara signifie « désert » en arabe ? Il y a eu plusieurs Sahara Verts, plusieurs périodes au cours desquelles le Sahara n’était pas désert. Celle qui m’intéresse est la dernière, entre -10 000 et -3500 environ. Et au risque de vous décevoir, le Sahara n’était pas tout à fait vert (humide), il était plutôt caca d’oie (semi-aride). 


Une œuvre préhistorique ? 

J'ai toujours été fascinée par l’homme-lion du Hohlenstein-Stadel. C’est une statuette d’homme à tête de félin en ivoire de mammouth. Elle a été trouvée éclatée en fragments dans une grotte en Allemagne en 1939 et il a fallu attendre la fin des années 1980 pour qu’elle soit reconstituée. C’est la plus ancienne sculpture anthropomorphe que l’on connaisse – elle date d’environ -35 000 ans – et c’est un hybride mi-homme mi-animal : cela en dit long sur l’imaginaire préhistorique. 


Une œuvre contemporaine ? 

La Turangalîla-Symphonie de Messiaen. Souvenir impérissable de son interprétation à la salle Pleyel à Paris sous la baguette de Myung-Whun Chung en 2008 : j’en frissonne encore ! 


Une exposition ? 

Puisque les musées sont fermés, je vous conseille « La Préhistoire en bande dessinée », expo extérieure dans le parc du château de Saint-Germain-en-Laye près de Paris, jusqu’au 20 septembre 2021. 


La femme préhistorique ? 

Cette inconnue… et pourtant elle est partout, bien plus présente que son homologue masculin : il n’y a qu’à voir le nombre de statuettes préhistoriques féminines ! 


Une œuvre pop sur la préhistoire ? 

Silex and the City ! Il y a des approximations scientifiques, mais c’est tellement drôle. 

Contact
Communication Recherche : com.recherche@ulb.ac.be