1. Actus & Agenda
  2. FR
  3. Actus
  4. Recherche

Risque d’infections respiratoires dans les maisons de repos et de soins

Publié le 24 septembre 2020 Mis à jour le 24 septembre 2020

Une grande étude va être lancée dans plus de 20 maisons de repos et de soins belges. Le but est de voir si on observe une immunité contre le virus SARS-CoV-2. 2000 personnes seront suivies. L’Institut d’immunologie médicale – Faculté de Médecine – est partenaire.

2.000 membres du personnel et résidents de maisons de repos et de soins belges vont participer à une vaste étude sur la COVID-19 durant l’hiver 2020-2021. Ou plutôt deux groupes de 1.000. Le premier groupe a déjà été contaminé par le virus. Les personnes du second ne l’ont pas été.

L’idée est de voir s’il existe des différences entre les deux groupes :  y a-t-il dans un groupe ou dans l’autre davantage de personnes touchées par une grippe ou une infection aigüe des voies respiratoires ?

L’étude PICOV est menée par Sciensano et Mensura SEPP en collaboration avec l’ULB, l’Institut de médecine tropicale d’Anvers, l’Université d’Anvers, l’Université de Gand et le Centre fédéral d’expertise des soins de santé (KCE).

A l’ULB, c’est plus précisément l’Institut d’immunologie médicale – Faculté de Médecine - qui est associé à cette étude et notamment les chercheurs Stanislas Goriely et Arnaud Marchant.

L’IMI a participé au design de l’étude et sera en charge du traitement d’une partie des échantillons cliniques collectés et de l’analyse de la qualité des anticorps anti-Covid. Les chercheurs de l’IMI exploreront également le rôle potentiel de l’immunité innée et des lymphocytes T dans la susceptibilité au COVID-19 et aux autres infections respiratoires.

L’objectif de la recherche est d’étudier le développement éventuel d’une immunité contre le virus SARS-CoV-2. Est-ce que le fait d’avoir déjà été contaminé par le SARS-CoV-2 protège les personnes contre une nouvelle infection à ce même virus ?


Si les personnes déjà touchées contractent une nouvelle fois le SARS-CoV-2, sont-elles plus gravement malades ou moins ? Comment réagissent-elles à la grippe ou à une autre infection des voies respiratoires et comment répondent-elles au vaccin contre la grippe? Cette étude ambitieuse devrait permettre de mieux comprendre les déterminants de l’immunité contre le SARS-CoV-2 en les comparant aux déterminants de l’immunité contre les autres virus respiratoires. Ces connaissances permettront d’affiner le développement et l’évaluation des futurs vaccins.  

Contact
Communication Recherche : com.recherche@ulb.ac.be