1. Actus & Agenda
  2. FR
  3. Actus
  4. Recherche

Fontes des calottes glaciaires : des modèles à améliorer

Publié le 13 décembre 2019 Mis à jour le 13 décembre 2019

Une étude du Laboratoire de Glaciologie démontre la variabilité des modèles estimant l’impact des calottes de l’Antarctique et du Groenland sur la hausse du niveau marin.

Les calottes de l’Antarctique et du Groenland sont les contributeurs glaciers majeurs à la hausse du niveau des mers : la fonte totale de ces calottes glaciaires pourrait entrainer une hausse globale de 65m du niveau marin. Les chercheurs tentent donc d’estimer au mieux "l’état de santé" de ces calottes au fil du temps afin d’améliorer les prédictions climatiques futures.

Les modèles actuels prennent en compte les pertes (par fonte et sous forme d’icebergs) et gains (chutes de neige) de masse de ces calottes glaciaires. Ils doivent cependant être continuellement améliorés comme le confirme une étude récente publiée dans Earth Science Reviews.

Les chercheurs du Laboratoire de Glaciologie (Faculté des Sciences) se sont penchés sur les incertitudes qui subsistent autour du taux de fonte future des calottes glaciaires et de la hausse résultante du niveau marin. Frank Pattyn, Heiko Goelzer et Kevin Bulthuis ont analysé les estimations récentes concernant les glaciers et les calottes glaciaires ainsi que les limites actuelles des modèles numériques :

certaines projections font état d’une hausse d’1,5m d’ici 2100 suite à la fonte de la calotte antarctique alors que d’autres tablent seulement sur quelques dizaines de centimètres.

Le développement de modèles plus perfectionnés prenant en compte notamment les données satellite et de terrain et combinant les pertes et gains de masse ainsi que les liens avec l’atmosphère, l’océan et les continents est donc encore et toujours nécessaire.

Contact
Service Communication Recherche : 02 650 92 03 // com.recherche@ulb.ac.be