1. Actus & Agenda
  2. FR
  3. Actus
  4. Recherche

IF@ULB : Etude des mécanismes moléculaires impliqués dans la latence du virus VIH-1

Publié le 29 avril 2022 Mis à jour le 2 mai 2022

La stratégie « Shock & Kill » est porteuse d’espoir dans la lutte contre le SIDA. Dans le cadre d’un projet co-fund Marie Curie, Mathilde Galais étudie des mécanismes à l’origine de la latence du virus VIH-1. Une meilleure compréhension de ces mécanismes permettra d’identifier des facteurs et ensuite de les cibler par des molécules réactivatrices afin de forcer le virus VIH-1 à quitter son état latent pour être éliminé par le système immunitaire.

Malgré une multithérapie anti-VIH prolongée et très efficace, des cellules infectées par le VIH-1 latent persistent chez les patients et constituent de véritables réservoirs. Une des stratégies de lutte contre le VIH-1 appelée stratégie « Shock & Kill » consiste à administrer des molécules qui réactivent l’expression des virus latents, tout en maintenant le patient sous traitement anti-VIH. Les cellules réservoirs qui expriment le virus pourraient alors être reconnues comme infectées et détruites par le système immunitaire de l’individu infecté.            

Dans le cadre d’un projet co-fund Marie-Currie, Mathilde Galais – IBMM, Faculté de Sciences – étudie plus avant certains mécanismes à l’origine de la latence du virus VIH-1 qui impliquent la méthylation d’ADN. De telles études permettront de tester des molécules agissant sur ces mécanismes afin de réactiver les virus latents et d’éliminer les réservoirs cellulaires. 

Mathilde Galais présentera ses recherches les 2 et 3 mai dans le cadre du colloque Follows IF@ULB.