1. Actus & Agenda
  2. FR
  3. Actus
  4. Recherche

Journée de l'Espace avec Frank De Winne et Dirk Frimout

Publié le 24 mars 2022 Mis à jour le 25 mars 2022

"Happy birthday to you!". À l'occasion des 30 ans du vol de Dirk Frimout et des 20 ans du premier vol de Frank De Winne, les deux astronautes sont venus à l'ULB. Ils y ont rencontré des élèves du secondaire, nombreux, curieux et enthousiastes. Vinciane Debaille et Jérémy Rabineau, chercheurs à l'ULB ont aussi levé un voile sur les recherches qu'ils mènent.

Le 24 mars 1992, Dirk Frimout décollait à bord de la navette Atlantis en compagnie de 6 astronautes américains. Il devient le premier Belge à voyager dans l’espace.
Frank De Winne, quant à lui, effec­tu­a son pre­mier vol spa­tial en 2002.

30 ans et 20 ans plus tard, l’ULB a invité des élèves à rencontrer Dirk Frimout et Frank De Winne et des chercheurs de l’Université actifs dans le domaine spatial. 

"Comment on dort dans l'espace?", "Comment vous avez géré l'éloignement avec vos proches?", "Est-ce que vous avez pu voir la pollution sur Terre depuis l'espace?", "Est-ce que votre vie a été mise en danger lors de votre mission?", "Quel a été votre plat préféré dans l'espace?". Les élèves ont pu poser de nombreuses questions aux deux astronautes. Même s'ils n'étaient pas nés au moment de ces missions, les élèves étaient impressionnés de rencontrer ces deux figures belges de la conquête spatiale. 

De Winne Frimout

Ensuite, Jérémy Rabineau, chercheur de l'École polytechnique de Bruxelles et Vinciane Debaille, maître de recherches du FNRS au Laboratoire G-Time (Faculté des Sciences) ont présenté une partie de leurs recherches.

Jérémy Rabineau

Jérémy Rabineau étudie le système cardiovasculaire des astronautes. Il a expliqué aux élèves que nous avons le coeur dans la partie supérieure du corps car avec la gravité, il est plus facile pour le coeur de faire descendre le sang que de le faire monter. Dans l'espace, la gravité étant moins forte, le sang monte davantage dans la tête et moins dans les jambes que sur Terre. Au niveau des jambes, ce n'est pas dramatique puisque les astronautes ne doivent pas marcher (cela pose juste problème lors du retour). Mais le sang qui monte davantage dans la tête provoque des maux de tête. On peut aussi voir sur les photos de Thomas Pesquet que, durant les premiers jours, il avait le visage rouge et gonflé.

Toutefois, le corps humain s'adapte. Les premiers jours, les astronautes vont beaucoup aux toilettes et éliminent du plasma. 

Mais comment faisait le brachiosaure alors pour que son sang circule jusqu'à sa tête?", s'interroge un élève.


"La girafe a le même problème, répond Jérémy Rabineau. Elle a donc un coeur plus gros pour envoyer le sang avec plus de pression le long de son cou. Le problème c'est que le sang arrive avec beaucoup de pression dans les pattes aussi. C'est pourquoi ses tissus sont plus serrés. Des ingénieurs se sont d'ailleurs inspiré de ces tissus pour fabriquer des pantalons qui évitent que le sang stagne dans les jambes pour les gens qui doivent rester longtemps assis par exemple." 

Vinciane Debaille, elle, étudie les roches spatiales.

Comment peut-on être sûrs que les météorites sur lesquelles vous travaillez proviennent de Mars?", se demande un élève.


"Parce qu'il y a à l'intérieur de celles-ci des bulles de gaz qui ont la même composition que l'atmosphère de Mars", indique Vinciane Debaille. 

Vinciane Debaille

Vinciane Debaille a aussi expliqué en quoi consistait la mission Mars2020 dont elle est une des pilotes. Son exposé posait cette question: "y a-t-il de la vie sur Mars?". "Je vais casser le suspens d'emblée: je n'en sais rien", souligne-t-elle. Et d'expliquer que contrairement à toutes les créatures martiennes qui ont pu apparaître dans différents films, ce que les chercheurs pourraient au mieux trouver ce sont des bactéries. Et de donner rendez-vous aux jeunes dans dix ans lorsqu'elle pourra analyser les roches prélevées par le robot sur Mars... 

Contact
Communication Recherche : com.recherche@ulb.be