Publié le 23 avril 2019 Mis à jour le 30 avril 2019

Avec le film Aperti al publico, le festival Jean Rouch souligne l’intérêt de l’anthropologie pour la bureaucratie. Un sujet également étudié à l’ULB.

Perte et oubli de documents administratifs, vices de procédure, enquêtes publiques, etc. Les rencontres bureaucratiques peuvent être perçues comme de véritables calvaires. De 2012 à 2016, Maïté Maskens a observé ces situations à l’état civil de différentes communes de l’agglomération bruxelloise. La chercheuse du Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains-LAMC- Faculté de Philosophie et Sciences sociales-, assistait aux inspections visant à démasquer les mariages blancs.

Aujourd’hui, alors qu’elle achève un livre sur le sujet, elle organise avec l’Atelier d’hybridations anthropologiquesAHA- l’édition « hors les murs » du festival du film ethnographique Jean Rouch. Parmi ses coups de cœur, le documentaire « Aperti al publico » qui nous plonge dans les méandres de la bureaucratie napolitaine en suivant le travail de l’office des HLM de la ville. Les plans sont serrés, les visages tendus ou émus, on y voit le déroulement de ces interactions bureaucratiques propres à nos existences modernes.  

Un sujet très proche des observations qu’elle a réalisées à Bruxelles.

L’ensemble du programme du festival ethnographique Jean-Rouch est à découvrir ici.

Contact
Service Communication Recherche :