1. Actus & Agenda
  2. FR
  3. Actus
  4. Recherche

La diversité génétique: l'oubliée dans le combat pour la biodiversité?

Publié le 11 mars 2020 Mis à jour le 11 mars 2020

Les scientifiques de plusieurs instituts de recherche autour du globe – dont l’ULB – alertent : les objectifs et indicateurs proposés dans le "cadre mondial pour la biodiversité après 2020" négligent la diversité génétique, élément de base de l’évolution et de toute la diversité biologique.

En janvier, le secrétariat de la Convention sur la diversité biologique (CBD) a publié la première version de son "cadre mondial pour la biodiversité après 2020". Ce nouveau document a pour but de guider les actions des pays en matière de conservation de la biodiversité et d'évaluation de leurs progrès.

Dans un article publié dans Science, des scientifiques de plusieurs universités et instituts de recherche autour du globe – dont le Laboratoire de Biologie évolutive et d’Écologie de la Faculté des Sciences de l’ULB – alertent : les objectifs et indicateurs proposés dans ce document négligent la diversité génétique, élément de base de l’évolution et de toute la diversité biologique.

Les chercheurs soulignent que les indicateurs de progrès considèrent surtout les espèces domestiquées, cultivées et les espèces sauvages apparentées aux espèces utiles.

Ils appellent à un engagement explicite des signataires au maintien de la diversité génétique de toutes les espèces (pas seulement celle des espèces utiles) et à la mise en œuvre de stratégies afin de stopper l'érosion génétique et préserver le potentiel d'adaptation des populations des espèces sauvages et domestiquées.

Perte d'habitats et de populations, du changement des pratiques d’exploitation, des maladies et de l'augmentation des événements extrêmes : des centaines d’études montrent que la diversité génétique s'érode dans les espèces domestiquées et sauvages, surtout depuis la révolution industrielle. Les scientifiques s’accordent sur le rôle crucial de la diversité génétique au sein des espèces pour le maintien des fonctions et des services des écosystèmes, ainsi que pour le soutien et le maintien de la diversité des espèces et leur adaptation.

À l’ULB, le Laboratoire de Biologie évolutive et d’Écologie étudie la diversité génétique au sein des espèces d’arbres tropicaux d’Afrique, afin de mieux comprendre l’histoire de la végétation tropicale. Cette démarche permet aussi d’informer les exploitants et gestionnaires des forêts afin de minimiser les risques d’érosion génétique liés aux pratiques de gestion.

Les données génétiques sur les arbres africains ont également révélé que près d’un tiers des espèces décrites par les taxonomistes sont en réalité composées de plusieurs espèces très semblables. Leur gestion et conservation nécessite donc de reconnaitre ces différences génétiques. Des recherches menées à l’EBE visent à prédire quelles provenances ont le plus de chance d’être adaptées au climat futur et de conseiller de futurs programmes de plantation.
Contact
Service Communication Recherche : com.recherche@ulb.ac.be