Publié le 25 novembre 2020 Mis à jour le 25 novembre 2020

Des recherches proposent une technique pour implémenter des applications SCADE (système de contrôle et d’acquisition de données en temps réel utilisé pour la conception de logiciel critique dans l'aéronautique) sur des plates-formes multi-cœurs notamment utilisées dans la télécommunication, l’astronautique et l’équipement médical.

Astronautique (fusée, satellite), équipement médical, militaire, télécommunication et transport (automobile et aéronautique), les domaines d’application des systèmes embarqués sont nombreux. Ces systèmes électroniques et informatiques autonomes fonctionnent en temps réel et doivent exécuter des tâches bien précises.

Aujourd’hui, les puces multi-cœurs constituent le premier choix sur le marché de l’électronique embarquée : elles sont bon marché pour une puissance de calcul considérable, car elles sont composées de plusieurs unités de calcul (cœurs) qui exécutent des programmes simultanément. On les retrouve notamment dans nos téléphones, tablettes et ordinateurs portables, mais aussi dans les voitures, les avions et les télévisions.

Évidemment ces systèmes doivent prouver leur fiabilité, lorsqu’ils sont utilisés dans un cadre où il pourrait y avoir un danger pour l’être humain, en aéronautique par exemple. Il est donc primordial de prouver lors de leur conception que leurs systèmes sont corrects. Dans le cas des puces multi-cœurs, la difficulté principale résulte de l'utilisation concurrente des ressources informatiques partagées sur la plate-forme comme la mémoire et les moyens de communications inter-cœurs.

Une recherche menée par Joël Goossens – Faculté des Sciences -  en collaboration avec l'Université de Grenoble-Alpes (France) et la société Kalray (France) tente de pallier cette difficulté. En effet, les chercheurs proposent une technique pour implémenter des applications SCADE (l'environnement commercial utilisé pour la conception de logiciel critique dans l'aéronautique) sur des plates-formes multi-cœurs avec une attention particulière portée sur les utilisations de ressources partagées (en particulier qui accède à la mémoire, comment et quand).

Cette recherche sera présentée début décembre lors du symposium RTSS 2020 considéré comme la conférence majeure dans le domaine des systèmes temps réel.

Contact
Communication Recherche : com.recherche@ulb.ac.be