1. Actus & Agenda
  2. FR
  3. Actus
  4. Recherche

La mission satellite Nitrosat présélectionnée par l’Agence spatiale européenne

Publié le 5 juillet 2021 Mis à jour le 5 juillet 2021

La mission satellite Nitrosat dédiée à la surveillance du cycle de l’azote vient d’être présélectionnée par l’Agence Spatiale Européenne (ESA). Elle a été développée par des chercheurs de l’ULB avec plusieurs partenaires européens.

Suite à l’appel « Earth Explorer 11 » de l’Agence Spatiale Européenne (ESA), Pierre Coheur, Lieven Clarisse et Martin Van Damme, chercheurs du Service SQUARES de la Faculté des Sciences de l’ULB ont développé avec plusieurs partenaires européens le concept de mission satellitaire Nitrosat, dédiée à l’étude du cycle de l’azote et de ses perturbations anthropiques.

La mission vient d’être sélectionnée par l’ESA pour entrer en phase de pré-développement scientifique et industriel. Durant cette étape elle sera en compétition avec trois autres missions potentielles (ESA, 2021). Le choix final de la 11ème mission « Earth Explorer » sera fait en 2025.

Le cycle de l’azote est et a été significativement perturbé par les émissions de composés azotés réactifs dans l’atmosphère, résultant de nos besoins accrus en énergie et nourriture. Cette production anthropique d’azote, qui s’établit principalement sous forme d’ammoniac et de dioxyde d’azote, s’accompagne d’impacts négatifs conséquents sur l’environnement. En particulier, ces composés jouent un rôle majeur dans la formation des particules fines et donc sur la qualité de l’air et la santé humaine. Leur présence en excès altère également nos écosystèmes, en affectant la qualité de l’eau et des sols et conduit à une réduction de la biodiversité.

Nitrosat serait le premier satellite entièrement dédié à mesurer l’ammoniac et le dioxyde d’azote à une résolution spatiale subkilométrique (500 m, à comparer avec celle d’environ 10 km des satellites actuels) permettant d’identifier les contributions aux émissions des activités agricoles, de l’industrie, du trafic, des feux et des zones urbaines. Ce serait un outil précieux pour la mise en place et l’évaluation des politiques environnementales nécessaires au contrôle et à la diminution des émissions de composés azotés.

Ces derniers mois, une étude - NITROCAM - financée par l’Agence Spatiale Européenne, a été réalisée avec l'Institut royal d'Aéronomie Spatiale de Belgique (IASB) dans le but de préparer la mission.
Contact
Communication Recherche : com.recherche@ulb.be