1. Actus & Agenda
  2. FR
  3. Actus
  4. Recherche

La résilience et la solitude chez les 18-25 ans durant le confinement

Publié le 8 décembre 2020 Mis à jour le 8 décembre 2020

L’équipe de la Chaire Universitaire ‘Psychiatrie de Transition’ a publié un article scientifique sur les impacts du confinement et de l’isolement social sur la santé mentale des jeunes. L’équipe a analysé les risques et les facteurs de protection, tels que la résilience, la solitude et le contexte social et familial sur leur état de santé mentale.

825 jeunes adultes âgés de 18 à 25 ans en Belgique et en Italie, ont répondu à un questionnaire en ligne pendant le confinement d’avril 2020 dans le contexte de la pandémie COVID-19.

L'étude, publiée dans Journal of Community Psychology, a démontré une augmentation des besoins en santé mentale pour cette population de jeunes pendant cette période, chez près de 5 % des participants, après le début de la période du confinement, tant en Belgique qu'en Italie. Ces besoins varient d’un premier contact dans la vie avec un psychologue ou un psychiatre, au début d'un traitement psychotrope ou à l'hospitalisation dans une unité psychiatrique.

La résilience et la confiance en ses propres compétences pour faire face à l’adversité varie entre les groupes : elle est moins forte chez les individus faisant déjà appel à des services de santé mentale. Ces résultats pourraient être liés soit à leur détresse psychologique liée à la période de confinement, ou à un éventuel trouble de santé mentale, justifiant l'attitude de recherche d'aide.

Le soutien des pairs, un facteur de protection

L’étude montre également que le soutien des pairs pourrait être mis en avant comme un facteur de protection possible contre la souffrance psychologique pendant les mesures de confinement.

L’étude a été menée par Simone Marchini, Jason Bouziotis, Véronique Delvenne, Marie Delhaye (Hôpital Érasme, Faculté de Médecine, ULB), Elena Zaurino (KUL) et Natascia Brondino (Université de Pavie).

La résilience et la solitude sont deux axes majeurs à approfondir pour évaluer comment prévenir la souffrance psychologique et structurer des programmes d'intervention précoce sur la souffrance psychologique lors de catastrophes de grande ampleur. À la lumière d'un risque de nouvelles vagues de contagion COVID-19, la santé mentale des jeunes devrait être fortement prise en compte dans les décisions nationales et internationales incluant d'éventuelles mesures consécutives à l'isolement forcé.

La détection de la souffrance psychologique par le biais d'enquêtes en ligne semble aussi être un outil approprié pour évaluer les jeunes adultes à risque, selon le même modèle que la présente étude. Ce type de soutien devrait être fortement encouragé pour répondre aux besoins de santé mentale de cette population spécifique pendant l'isolement social.

Contact
Communication Recherche : com.recherche@ulb.ac.be