Publié le 20 février 2019 Mis à jour le 11 mars 2019

Des économistes mettent en place une méthode innovante pour mesurer le bien-être en Belgique. Ils présentent leur enquête dans le livre "En faut-il peu pour être heureux?".

« En faut-il peu pour être heureux ? », c'est le titre d'un livre présentant une enquête réalisée par des économistes de l'UCLouvain, de l'ULB, de la KULeuven et de l'UAntwerpen sur le bien-être en Belgique.

Bram de Rock - ECARES, Faculté Solvay Brussels School of Economics and Management - et ses collègues ont mis en pratique une nouvelle théorie pour mesurer ce bien-être. Ils ont interrogé 3400 personnes représentatives de la population belge sur leur situation objective et leur appréciation subjective des différents aspects de leur vie – santé, travail, logement. Ces personnes ont ensuite dû estimer à quel montant de consommation elles seraient prêtes à renoncer mensuellement pour jouir d'une bonne santé, d'un meilleur job, d'un beau logement, etc. Ceci a permis aux chercheurs de "chiffrer" et comparer le bien-être des gens, de manière plus large que les études prenant en compte uniquement le revenu, la santé ou le logement.

Résultats : certaines personnes ayant de faibles revenus, des problèmes de santé et un logement insatisfaisant se déclarent pourtant globalement satisfaites de leur vie. Les Belges situés au bas de l'échelle du bien-être sont principalement les familles monoparentales, issues de l'immigration et/ou dont les parents sont peu qualifiés et/ou sans emploi. L'enquête a également révélé que les personnes âgées ne sont pas nécessairement celles qui ont la situation la plus précaire et que les inégalités entre hommes et femmes sont notables.

Les chercheurs aimeraient établir des statistiques de base et réutiliser le questionnaire de l'enquête dans les années à venir. Cela leur permettrait d'évaluer l'impact des politiques sociales dans la durée et de donner des pistes aux pouvoirs publics pour augmenter l'efficacité de ces politiques auprès des catégories les plus vulnérables de la société. 
Contact
Service Communication Recherche :