Publié le 15 avril 2019 Mis à jour le 15 avril 2019

Un livre étudie comment les différents parlements des 27 états membres ont réagi au Brexit. Le cas de la Belgique est analysé

Pendant longtemps, les parlements nationaux étaient à la traîne en matière d’intégration européenne. Depuis 2009 et la ratification du traité de Lisbonne, les enceintes ont gagné des compétences dans ce domaine. Plusieurs chercheurs se sont dès lors demandé comment ces institutions nationales et régionales allaient se prononcer sur la question du Brexit. En effet, après la sortie du Royaume-Uni de l’UE, les parlementaires de toute l’Europe seront amenés à se prononcer sur les relations à entretenir avec le pays. Leurs analyses se retrouvent dans un ouvrage collectif auquel ont contribué Vivien Sierens et Nathalie Brack. Les deux chercheurs du CEVIPOLFaculté de Philosophie et Sciences sociales – ont étudié le cas des parlements en Belgique.

En passant à la loupe les questions parlementaires, ils ont constaté plusieurs choses. D'abord, Ils se sont aperçus d’un intérêt plus grand de la part de la chambre des représentants comparativement aux autres enceintes. Ensuite, les chercheurs soulignent une mobilisation plus rapide et plus importante au sein du Parlement flamand par rapport aux autres régions.  Enfin, ils montrent que la question du Brexit n’est pas sujette aux confrontations entre majorité et opposition dans notre pays.

L’ensemble de l’analyse est à découvrir dans « Brexit and democracy ».

Contact
Service Communication Recherche :