Publié le 27 mars 2019 Mis à jour le 27 mars 2019

Une attaque informatique s'assimile-t-elle à un acte de guerre ? Des chercheurs étudient la question au regard du droit international.

En 2007, l'Estonie se dit victime d'une cyberattaque orchestrée par son voisin russe. À l'époque, le Premier ministre estonien assimile cette opération à du terrorisme. À l'avenir, ces attaques informatiques pourraient-elles être suffisamment graves que pour être perçues comme des actes de guerre ? Si aucun précédent n'existe, Olivier Corten – Centre de droit international - Faculté de Droit et de Criminologie, s'interroge sur la manière dont le droit international pourrait gérer ce type de conflit.

Dans le livre « Cyberattaques et droit international », il contribue à cette réflexion à travers un chapitre. Il y pose notamment la question de la possibilité pour un pays d'invoquer la légitime défense, cyber ou non, pour répondre à une attaque informatique. Cette recherche s'inscrit dans ses travaux sur le thème de l'interdiction du recours à la force.

Contact
Service Communication Recherche :