Publié le 29 janvier 2021 Mis à jour le 28 janvier 2021

Une équipe internationale de scientifiques, dont des chercheurs de la Faculté des Sciences de l’ULB montrent que la prolifération d’algues est une des causes de la déstabilisation dramatique de la calotte groenlandaise. Ces résultats vont permettre d’optimiser les modèles climatiques.

La calotte glaciaire du Groenland est la deuxième plus grande étendue de glace continentale sur Terre. Depuis 25 ans, cet inlandsis subit une fonte rapide notamment sur une vaste étendue du sud-ouest du Groenland – la « Dark Zone ». Une des causes de cette déstabilisation dramatique de la calotte groenlandaise est la prolifération d’algues. Ces micro-organismes assombrissent la surface de la glace ce qui limite la réflexion de la lumière et induit une fonte accélérée de la glace.

Dans Nature Communications, un consortium international de chercheurs montre que la source principale de nutriment qui alimente ces proliférations d’algues est le phosphore contenu dans les poussières atmosphériques déposées sur la glace.

Aubry Vanderstraeten (G-Time) et Steeve Bonneville (Bgéosys - Biogeochemistry & Modeling of the Earth System) de la Faculté des Sciences ont participé à l’étude. Ils ont démontré que les poussières atmosphériques alimentant les algues provenaient des vallées à l’ouest de la calotte qui sont de plus en plus exposées aux vents au fur et à mesure du retrait des grands glaciers groenlandais.            

L’étude est dirigée par la Professeur Jenine McCutcheon de l’Université Waterloo au Canada. Elle s’inscrit dans le projet de l’European Research Council (ERC) Synergy Grant “DEEP PURPLE: Darkening of the Greenland Ice Sheet” coordonné par le GFZ Potsdam du German Research Centre for Geosciences et l’Univerité d’Arrhus au Danemark.

Les résultats de cette recherche vont permettre de mieux prédire à l’avenir le développement de ces algues et d’optimiser les modèles climatiques.  

Contact
Communication Recherche : Com.recherche@ulb.ac.be