Publié le 16 janvier 2020 Mis à jour le 16 janvier 2020

Tous les bénéfices annoncés des probiotiques sur internet ne sont pas supportés par des conclusions scientifiques.

Dans une étude parue dans le journal Frontiers in Medicine, Michel Goldman & Marie Neunez (Institute for Interdisciplinary Innovation in Healthcare, I3h) mettent les probiotiques sur la sellette : dans certains cas, les bénéfices annoncés des probiotiques sur internet ne sont pas supportés par des conclusions scientifiques.

Les probiotiques peuvent aider à gérer les diarrhées infectieuses, les diabètes de grossesse, et les thérapies de désensibilisation d’allergies alimentaires. Ils apparaissent également être bénéfiques dans certains types d’eczéma et d’infections urogénitales féminines. Dans les pays en voie de développement, les probiotiques ont un impact sur la prévention des infections néonatales, cause importante de mortalité dans ces régions.

"En revanche, un effet bénéfique des probiotiques dans la lutte contre le cancer, proclamé sur certains sites internet, n’est soutenu par aucune preuve scientifique" explique Michel Goldman.

La mise sur le marché des probiotiques n'est pas réglementée de manière aussi rigoureuse que celle des médicaments soumis à prescription. "Notre étude a pour but d’alerter les consommateurs (patients ou non) et de les inciter à discuter avec leur médecin des bénéfices qu'ils peuvent attendre des probiotiques" continue Michel Goldman. Il insiste également sur l'importance de l'éducation à la santé dès l'adolescence et la préparation des futurs médecins à corriger les effets des informations erronées qui circulent sur internet.

Contact
Service Communication Recherche : com.recherche@ulb.ac.be