1. Actus & Agenda
  2. FR
  3. Actus
  4. Recherche

Les tontons flingueurs de la politique environnementale au Brésil

Publié le 11 mars 2020 Mis à jour le 11 mars 2020

Jaïr Bolsonaro serait-il « Max le menteur » ? La question se pose en matière de politique environnementale.

À travers la gestion de la crise des feux de forêt qui ont touchés l’Amazonie cet été et la réaction à la mystérieuse marée noire qui a pollué plus de 2000 km de littoral brésilien en septembre, le gouvernement Bolsonaro a montré cette année son manque d’implication en matière environnementale. Le mot d’ordre : le développement économique avant tout.

Dans le rapport annuel de l’Observatoire Politique de l’Amérique latine et des Caraïbes de Sciences Po (OPALC), intitulé "L’année politique en Amérique latine", Frédéric Louault - CEVIPOL, Faculté de Philosophie et Sciences sociales & AmericaS, MSH -  propose un  'bilan 2019' provisoire de l’action du gouvernement brésilien en matière de politique environnementale. Dans son article, il souligne la stratégie agressive mise en place par le président de la République et son ministre de l’environnement (R. Salles) pour répondre aux critiques lors des deux crises (déforestation et marée noire).

Dans les deux cas, ils ont rejeté la faute sur des tiers pour les incendies en Amazonie: Greenpeace, des ONG de lutte contre la déforestation, et même l’acteur Leonardo Di Caprio. 

Enfin, le chercheur est assez critique sur la manière dont les médias européens ont traité ces actualités, insistant plus sur le nombre d’incendies que sur les niveaux de déforestation.    
Le jeudi 12 mars, Frédéric Louault expliquera l'ensemble de son analyse lors d'une conférence organisée par AmericaS (Maison des Sciences humaines).       

Photo by José Augusto Camargo de Pixabay

Contact
Service Communication Recherche : com.recherche@ulb.ac.be