1. Actus & Agenda
  2. FR
  3. Actus
  4. Recherche

L’intelligence artificielle a gagné près d’une entreprise sur deux

Publié le 7 août 2020 Mis à jour le 7 août 2020

Des chercheurs de la Solvay Brussels School et Ipsos viennent de publier un rapport sur l’adoption de l’intelligence artificielle (IA) par les entreprises européennes. Ils dévoilent le nombre d’entreprises ayant intégré l’IA et également les freins qui empêchent les autres de sauter le pas.

Quelle est la place de l’intelligence artificielle (IA) au sein des entreprises européennes ? Nicolas van Zeebroeck, chercheur au sein d’iCite - Solvay Brussels School, vient avec son équipe et Ipsos de mener une large enquête sur la question.

Le rapport a été publié par la Commission Européenne.

Près de 10.000 entreprises ont été interrogées à travers tous les pays et secteurs de l’UE (ainsi qu’en Islande, Norvège et Grande-Bretagne).

C’est la première fois qu’une telle étude est réalisée, qui permet de connaître le taux de pénétration de l’IA dans les entreprises européennes et leurs intentions en la matière, et d’identifier les principaux obstacles à son déploiement.

Elle montre que l’IA est en train de s’imposer dans un grand nombre d’entreprises et de secteurs. Ainsi, près de la moitié (42%) des entreprises ont adopté au moins une technologie d’intelligence artificielle. Un quart de celles-ci ont même déjà mis en place deux de ces technologies. Ce sont davantage les grandes entreprises qui ont recours à l’IA (39% contre 21% pour les micro et 22% pour les petites entreprises).

Parmi celles qui n’ont pas encore franchi le pas, certaines prévoient d’intégrer l’IA dans les deux prochaines années (c’est le cas de 18% des entreprises). Mais 40% des entreprises sondées n’utilisent pas l’IA et n’ont pas inscrit cette technologie dans leurs futurs plans.

Les freins

L’étude met en évidence trois freins à l’intégration de l’intelligence artificielle au sein des entreprises. Plus de la moitié des entreprises (57%) expriment ainsi leurs difficultés à recruter du personnel disposant des compétences adéquates. Un peu plus de la moitié (52%) des sondés disent que le coût lié à l’adoption de ces technologies représente une barrière. Enfin, le coût de l’adaptation des processus opérationnels est le troisième enjeu (pour 49% des entreprises).

Pour les auteurs de l’étude, les entreprises qui n’adoptent pas aujourd’hui l’intelligence artificielle risquent d’accumuler un retard technologique handicapant dans les années à venir.