Publié le 16 avril 2019 Mis à jour le 16 avril 2019

Réfugié économique, réfugié légitime… Ces catégories sans valeur juridique peuvent devenir de puissants instruments politiques. Un article est publié dans The Conversation.

Suite à une enquête de terrain menée entre 2014 et 2017 dans deux centres d’accueil pour demandeurs d’asile en Belgique, Amandine Van Nest-GottigniesGERME Faculté de Philosophie et Sciences sociales et ReSICFaculté LTC- a constaté que contrairement au statut de « réfugié » défini dans la Convention de Genève, certaines catégories construites discursivement (« réfugié économique », « réfugié légitime ») n’ont aucune valeur juridique. Pourtant, elles peuvent devenir de puissants instruments politiques.

C'est sur ce constat que s'ouvre « Migrants : quand les mots décident du destin », un article publié par la chercheuse dans le média en ligne The Conversation.

Article complet à lire sur The Conversation.

Contact
Service Communication Recherche :