Publié le 19 décembre 2019 Mis à jour le 7 janvier 2020

Depuis 2015, la crise des réfugiés est traitée par les médias de toute l’Europe. Un projet de recherche a analysé les représentations véhiculées dans les médias belges.

Depuis quelques années, la question de la « crise des réfugiés » est au centre des préoccupations et des médias en Europe. La Belgique n’y échappe pas. Le projet IM2MEDIATE réunit plusieurs universités belges (ULB, VUB, UCL, KUL) ainsi que l’université d’Halmstad, en Suède, afin de comparer le traitement médiatique des deux pays. Selon le Baromètre Européen (EB85, Mai 2016), en 2015, la Suède est en effet le seul pays d’Europe avec une prédominance positive des sentiments à l’égard des migrants non-européens (62%).

Valériane Mistiaen -Centre de Recherche en Information et Communication (ReSIC), Faculté de Lettres, Traductions et Communication- a participé à cette recherche. Elle a comparé plus de 800 articles de presse et 300 séquences des journaux télévisés francophones belges. Pour les JTs, son objectif était de repérer les différences entre le traitement réalisé par une chaîne commerciale (RTL-TVI) et celui réalisé par la chaîne publique (La Une).

Si des différences minimes sont perceptibles (les séquences sont plus longues et plus d’aspects de la crise sont traités sur la chaîne publique), le traitement global est assez similaire. En ce qui concerne la presse écrite, les migrants sont le plus souvent perçus comme une collectivité, les chiffres étant la collocation la plus fréquente ; on ne donne que rarement la parole aux migrants et les hommes y sont plus représentés que les femmes.

Aujourd’hui, les résultats du projet IM2MEDIATE se retrouvent dans un livre en open access.

Contact
Service Communication Recherche : com.recherche@ulb.ac.be