1. Actus & Agenda
  2. FR
  3. Actus
  4. Recherche

L’Homo Erectus était-il trapu ?

Publié le 7 juillet 2020 Mis à jour le 7 juillet 2020

Des chercheurs révèlent après examen de sa cage thoracique, que l’Homo Erectus serait plutôt trapu. Co-auteur, Benoit Beyer a reconstitué en vidéo le mouvement respiratoire du thorax de l’Homo Erectus et l’a comparé à l’Homo Sapiens.

On le croyait coureur de longue distance, l’Homo Erectus serait plutôt trapu. Une équipe internationale et interdisciplinaire a investigué la cage thoracique du squelette d’un Homo Erectus le plus complet retrouvé à ce jour: le garçon de Turkana. Et les chercheurs ont constaté avec étonnement que la cage thoracique était à la fois plus large, plus profonde et plus courte que l’humain moderne: l’Homo Erectus serait bien plus trapu que cela n’avait été considéré jusqu’à présent.

Les études portant sur la manière dont cet ancêtre marchait et courait se sont jusqu’à présent largement concentrées sur le squelette des membres inférieurs y compris le bassin. Cependant, pour la course d’endurance, les capacités respiratoires ou les adaptations thoraciques sont également intéressantes à évaluer.

Les chercheurs, qui publient leurs résultats dans la revue Nature Ecology Evolution, ont pour la première fois reconstitué une cage thoracique du garçon de Turkana en 3D ; ils ont également prédit sa forme adulte à partir d’une simulation de sa croissance complète. Cette forme de cage thoracique a ensuite été comparée à celle de l’humain moderne et d’un Néandertalien ; puis une simulation dynamique a permis d’évaluer le mouvement respiratoire.

Chercheur au Laboratoire d’Anatomie Fonctionnelle (Faculté des Sciences de la Motricité) et au Laboratoire d’Anatomie Biomécanique et Organogenèse (Faculté de Médecine), Benoit Beyer a travaillé dans cette étude interdisciplinaire sur la modélisation tridimensionnelle et l’analyse morphologique. Dans cette vidéo, il montre le mouvement respiratoire du thorax du garçon de Turkana et d’un humain moderne.

« Nos résultats modifient notre compréhension de l’Homo Erectus » explique l’auteur principal Markus Bastir, « son thorax était plus large et volumineux que la plupart des personnes vivant actuellement ». Et Fred Spoor - Natural History Museum, London - d’ajouter :


“Cet Homo Erectus n’était peut-être pas le coureur de longue distance athlétique et maigre que nous imaginions, ce qui concorde avec des découvertes de fossiles plus récentes et des estimations de poids corporel plus importantes que celles obtenues précédemment; cet ancêtre emblématique nous ressemblait peut-être un peu moins que nous l’avions dépeint au fil des années ».

Crédits : Fossiles de côtes et vertèbres du “garcon de Turkana” ,  Copyright Fred Spoor.
Contact
Communication Recherche : com.recherche@ulb.ac.be