1. Actus & Agenda
  2. FR
  3. Actus
  4. Recherche

Opération Phosphore : l’avenir se lit dans le compost

Publié le 4 mars 2020 Mis à jour le 4 mars 2020

Après 3 ans de recherche, le projet Co-create "Opération Phosphore" touche à sa fin. Si les défis sont encore grands, le projet a su faire évoluer le régime bruxellois de la gestion des déchets organiques.

Depuis peu, au cœur de Bruxelles, trône le premier collecteur de matière organique pour magasin. Face à un commerce d’alimentation bio, les habitants du quartier peuvent y déposer leurs déchets organiques qui, une fois transformés en engrais, seront envoyés aux fournisseurs (fruiticulteurs) du commerce. Ici, tous les acteurs (citoyens, producteurs, commerçant) apportent leur pierre à l’édifice de l’économie circulaire et de la gestion des déchets organiques. Une mécanique bien huilée rendue possible l’ "Opération Phosphore". Ce projet Co-create, auquel a participé le Laboratoire Urbanisme, Infrastructures, Écologies et Paysage (Louise)Faculté d’Architecture La Cambre – Horta – visait à promouvoir et améliorer la collecte, le traitement et la valorisation des déchets organiques.

Aujourd’hui, après 3 ans de recherche, le bilan est positif :

« On a pu établir un outil scientifique permettant d’établir des propositions pour une meilleure gestion des déchets organiques et permettant de créer des contacts entre les différents acteurs », explique Stéphan Kampelmann (Louise).

À Bruxelles, le système de la gestion des déchets organiques était très fragmenté. Par exemple, la gestion industrielle des déchets ne se souciait pas de la mise en place de composts de quartier, une solution pourtant utilisée à l’échelle locale. L’Opération Phosphore a permis d’établir une vision systémique et de créer un dialogue entre différents partenaires. Le projet a également participé à la mise en bien commun de déchets végétaux, déverrouillé la réglementation et mis en branle des pratiques à une nouvelle échelle (méso) qui vient compléter un puzzle plus diversifié, écologique et résilient.

Un documentaire explique le fonctionnement du projet. Celui-ci sera diffusé lors du Festival I Love Science.

Contact
Service Communication Recherche : com.recherche@ulb.ac.be