Publié le 6 mai 2019 Mis à jour le 7 mai 2019

L’avènement des sciences modernes a-t-il marginalisé la question de la sagesse en Philosophie ? Réflexions autour d’un projet ARC et d’un colloque.

Aujourd’hui, la question de la sagesse est largement absente de la philosophie, à laquelle elle donne pourtant son nom. Jusqu’au 17e siècle, elle était toutefois omniprésente. Comment expliquer ce changement ? C’est l'une des questions soulevées par le projet ARC d’Arnaud Pelletier, du Centre de recherche en philosophie (Faculté de Philosophie et Sciences sociales). Intitulé : « Que dois-je faire? Les transformations de la raison pratique dans la philosophie moderne avant Kant »,  ce projet révise la compréhension commune de l'éthique dans la philosophie moderne.

Les 13 et 14 mai prochains, en conclusion de ce projet de recherche, Arnaud Pelletier invitera des spécialistes à repenser la question de la transformation de la sagesse qui s’est opérée au 17e siècle, en évoquant notamment le rôle de l’avènement des sciences modernes, mais aussi les transformations propres à la philosophie. Pour le chercheur, l’étude de cette question offre une compréhension des bouleversements du 17e siècle jusqu’à aujourd’hui.

Contact
Service Communication Recherche :