1. Actus & Agenda
  2. FR
  3. Actus
  4. Recherche

Où sont passées les 400 millions de tonnes de CO₂ rejetées par les incendies australiens ?

Publié le 24 janvier 2020 Mis à jour le 12 février 2020

Embarqué abord du satellite MetOp, le sondeur IASI surveille la composition de notre atmosphère. Pour The Conversation, Cathy Clerbaux et Pierre-François Coheur reviennent sur leurs observations de ces dernières semaines.

Outre les dégâts causés à la faune et à la flore, les feux de forêt australiens ont également émis une quantité massive de gaz et de particules dans l’atmosphère. Vu de l’espace, le spectacle est impressionnant : en deux semaines, depuis le 31 décembre 2019, les fumées portées par les vents ont fait le tour de la Terre et sont revenues près de leur point de départ, dans la région de Sydney.

Pour The Conversation, Cathy Clerbaux et Pierre-François Coheur - Service Spectroscopy, Quantum Chemistry and Atmospheric Remote Sensing - Faculté des Sciences – expliquent le travail de leur équipe. Depuis 13 ans, grâce à IASI, un instrument exceptionnel embarqué à bord des satellites Metop, ils surveillent la composition de l’atmosphère en continu.

« En ce qui concerne les fumées australiennes, elles ont donc circulé à latitude constante, partant de la région de Sydney puis passant par l’Amérique du Sud, en survolant des parties de l’Antarctique, puis en revenant dans la zone d’émission par l’ouest ».

Contact
Service Communication Recherche : com.recherche@ulb.ac.be