Publié le 11 décembre 2019 Mis à jour le 11 décembre 2019

Les conceptions de la souveraineté sont différentes, selon que l’on soit à gauche ou à droite de la scène politique européenne.

Placés aux extrêmes de l’échiquier politique européen, Podemos, le Front national, le Mouvement 5 étoiles et le UKIP ont pourtant un point commun : la volonté de récupérer une certaine souveraineté perdue. Mais attention, la conception de la souveraineté varie que l’on se place politiquement à droite ou à gauche, et au nord ou au sud de l’Europe. C’est ce que souligne une publication corédigée par Nathalie Brack et Arthur BorrielloCentre d’étude de la vie politique, Faculté de Philosophie et Sciences sociales.

En analysant les discours de ces quatre partis, les chercheurs montrent notamment l’impact de la culture nationale sur la souveraineté.

Ainsi, la souveraineté parlementaire est primordiale au Royaume-Uni, mais anecdotique en France, où prévaut plutôt une culture présidentielle. De même, la couleur politique influera sur la vision du concept : plus on se situe à gauche, plus la souveraineté évoque une réappropriation citoyenne des mécanismes de décision politique ; plus on est à droite, plus elle renvoie à une conception homogène de la nation, de sa culture et de ses frontières.

L’article montre ainsi que selon les conceptions, il n’y a pas forcément d’opposition automatique entre l’intégration européenne et la réappropriation de la souveraineté.

Contact
Service Communication Recherche : com.recherche@ulb.ac.be