1. Actus & Agenda
  2. FR
  3. Actus
  4. Recherche

Politiciens, experts et citoyens élus sont-ils complémentaires ou alternatifs ?

Publié le 17 décembre 2020 Mis à jour le 17 décembre 2020

On constate un lien entre la baisse de confiance dans les politiciens élus et la demande pour une plus grande participation d’autres acteurs dans l’élaboration des politiques. Mais est-ce que ces autres acteurs, selon les citoyens, doivent travailler avec les politiciens ou les remplacer ? Une étude du Cevipol se penche sur la question.

Des études scientifiques ont mis en évidence un lien entre le faible niveau de soutien des citoyens envers les politiciens élus et les demandes pour que d'autres acteurs tels que les citoyens eux-mêmes ou des experts indépendants jouent un plus grand rôle dans l'élaboration des politiques.

Mais ce qui reste incertain, c'est si de telles demandes sont enracinées dans une volonté de remplacer entièrement les politiciens, ou si les citoyens et les experts sont perçus comme complémentaires des politiciens élus. C'est ce que des chercheurs du Centre d’étude de la vie politique (Cevipol – Faculté de Philosophie et Sciences sociales) explorent dans leur étude publiée dans Frontiers in Political Science.  

En utilisant les données de l'enquête électorale belge de 2019, Jean-Benoit Pilet, David Talukder, Maria Jimena Sanhueza et Sacha Rangoni, effectuent une analyse de profil latent pour voir quels modèles de gouvernance émergent parmi les citoyens.

Ils démontrent que si certains citoyens perçoivent effectivement les politiciens, les citoyens et les experts comme des groupes de gouvernement distincts, d'autres combinent le soutien à de multiples acteurs.

Les résultats montrent que, en général, les citoyens ont tendance à favoriser les mécanismes qui responsabilisent les acteurs qu'ils soutiennent, par exemple les mécanismes de démocratie délibérative sont préférés par ceux qui ont une opinion positive des citoyens en tant que décideurs politiques.

Enfin, sur base des principaux traits sociodémographiques et / ou des attitudes politiques, les chercheurs observent par exemple que les personnes qui délèguent la prise de décision aux politiciens et aux experts partagent de meilleures conditions socio-économiques et ont des niveaux plus élevés d'intérêt politique et de connaissances politiques.

Les auteurs de l’étude soulignent l’importance de prendre en compte ces préférences pour un mélange de décideurs politiques (citoyens, experts et politiciens) dans des débats plus larges sur les modèles de démocratie.

Contact
Communication Recherche : com.recherche@ulb.ac.be