Publié le 13 janvier 2020 Mis à jour le 29 janvier 2020

Un livre raconte le voyage mené par Edward Wilmot Blyden jusqu’en Palestine.

En 1866, Edward Wilmot Blyden quitte le Libéria pour se rendre à Jérusalem. Au-delà des motifs religieux de son pèlerinage, le pasteur désire aussi perfectionner ses connaissances de la langue arabe. Il retrace son périple en Orient (Egypte, Liban, Palestine) dans un livre, le premier et l’unique écrit par un Africain sur cette région du monde à cette époque. Il y mentionne à plusieurs reprises les Africains qu’il a croisés, comme les fidèles d’une mosquée à Jérusalem, les pèlerins bambaras au Caire, mais aussi ses ancêtres africains, qu’il considère comme les bâtisseurs des pyramides qu’il visite.  

Après avoir traduit ce récit, Xavier Luffin Faculté de Lettres, Traduction et Communication –  le commente dans un ouvrage intitulé « D’Afrique en Palestine ». Spécialiste de la littérature arabe, et plus particulièrement de l’implantation de la langue arabe dans l’Afrique du 19e , le chercheur s’est logiquement intéressé à ce personnage qui relie l’Afrique et l’Orient.  Peu connu chez nous, Edward Wilmot Blyden est un des piliers de la culture et de la littérature afro-américaine.

Plus de détails dans cet article de The Conversation

Contact
Service Communication Recherche : com.recherche@ulb.ac.be