Publié le 13 mai 2019 Mis à jour le 14 mai 2019

Suite aux élections du 28 avril 2019, le parti socialiste et le Parti populaire se sont imposés comme première et deuxième forces politiques du pays. Le bipolarisme établi entre ces deux partis majeurs a cependant évolué depuis la crise économique.

Le 28 avril 2019, les Espagnols étaient invités à voter pour les élections législatives. Des élections qui ont confirmé le parti socialiste (PSOE) comme première force politique nationale, et le Parti populaire (PP) en deuxième position. La grille de lecture qui prévalait avant la crise économique a retrouvé sa pertinence, avec le retour d'une logique d'affrontement gauche-droite. Les différences entre la situation pré-crise et la nouvelle donne sont toutefois notables. Sur un plan quantitatif, le système partisan espagnol sort plus morcelé que jamais de cette phase de reconfiguration, puisque les deux grands partis ne représentent plus désormais que 45 % de l’électorat.

Chercheur au CEVIPOL (Faculté de Philosophie et Sciences sociales), Arthur Borriello revient sur l’évolution du paysage politique espagnol, des années 70s-80s jusqu’à ce dernier scrutin. Son analyse est à lire gratuitement sur The Conversation.

Contact
Service Communication Recherche :