Publié le 26 février 2020 Mis à jour le 26 février 2020

Issue du laboratoire TIPS (Ecole polytechnique de Bruxelles), la jeune spin-off Secoya permet à ses clients d’obtenir un meilleur contrôle de la qualité du médicament et de sa production. Elle vient de signer un contrat de collaboration exclusif avec la société française Fluigent.

La microfluidique, c’est l’art de manipuler les fluides à l’échelle sub-millimétrique. Un art qui s’exerce notamment dans l’industrie pharmaceutique : la miniaturisation et l’intégration de toutes les opérations élaborées dans un laboratoire représentent un atout considérable en termes de sécurité, de contrôle, de qualité, de performance et de consommation énergétique. À condition bien sûr d’atteindre des volumes de production compatibles avec les besoins industriels.

Issue du Laboratoire TIPS – Benoit Scheid, Ecole polytechnique de Bruxelles, la jeune spin-off Secoya propose des technologies combinant microfluidique et production en continu pour intervenir à toute étape-clef de production du médicament.

Après avoir levé plus de 1.2 millions d’euros fin 2019, Secoya vient de signer un contrat de collaboration exclusif avec la société française Fluigent pour la distribution de la Raydrop, un générateur de micro-gouttelettes destinées à l’encapsulation de principes actifs pharmaceutiques (molécules qu’on retrouve dans nos médicaments). Ce dispositif a été développé au laboratoire TIPS, dans le cadre de deux projets financés par la Wallonie, avec le pôle Mecatech et le programme First Spin-off (FSO).

Contact
Service Communication Recherche : com.recherche@ulb.ac.be