Publié le 5 juin 2019 Mis à jour le 14 juin 2019

Des chercheurs de l’ULB ont mis en place, en collaboration avec Bruxelles Mobilité, un nouveau système de suivi de l’état de santé du béton dans le tunnel Rogier.

Comment surveiller facilement l’état de santé du béton dans les ponts ou les tunnels ? Les chercheurs de l’École polytechnique de Bruxelles profitent des réparations du béton du plafond du tunnel pour installer et tester un nouveau dispositif de monitoring.

Cédric Dumoulin et Arnaud Deraemaeker, respectivement chercheur-entrepreneur et professeur au sein du service BATir (Building, Architecture and Town planning) développent depuis près de 8 ans un système novateur qui permet de réaliser le suivi de la qualité du béton en temps réel.

Les méthodes de suivi des structures actuellement utilisées sont en effet essentiellement basées sur une inspection visuelle à intervalles réguliers, dont la qualité dépend de l’opérateur et du temps qui lui est accordé. Ces aspects rendent dès lors les inspections très chères, avec un impact important sur la mobilité.

Le nouveau système d’auscultation développé au sein du service BATir consiste en des mesures par ultrasons émis par les capteurs incorporés directement au cœur de la structure en béton. L’efficacité de ces capteurs ainsi que leur capacité à détecter des microfissures dès leur apparition ont déjà été démontrées en laboratoire. L’objectif de l’équipe est désormais de valider l’efficacité du système en situation réelle. La mise au point d’un tel système s’inscrit actuellement dans le cadre du projet Launch Spin-off « TweetCon », financé par Innoviris.

Le système de monitoring est donc installé dans le tunnel depuis le 13 juin, dans le cadre des réparations du béton du plafond du tunnel Rogier à Bruxelles. Les résultats de l’étude sont attendus pour début 2020.

Reportage RTBF

Contact
Service Communication Recherche :