1. Actus & Agenda
  2. FR
  3. Actus
  4. Recherche

Tarification progressive de l’eau: moins solidaire qu’il n’y paraît

Publié le 11 mai 2021 Mis à jour le 11 mai 2021

Une étude publiée dans Brussels Studies montre que la tarification de l’eau progressive en vigueur dans la capitale depuis 2005, n’est ni sociale ni écologique. Pourtant, elle était présentée comme une tarification solidaire.

Au 1er janvier 2022, les deux tiers des ménages bruxellois ne disposant pas d’un compteur d’eau individuel dans leur logement passeront à une tarification linéaire du prix de l’eau, au lieu de la tarification progressive actuelle, pourtant présentée comme un progrès lors de sa mise en place en 2005.  Pourquoi ce retour en arrière de la part du législateur bruxellois ? Quelles différences y a-t-il entre ces deux types de tarification ? Et quelles inégalités d’accès à l’eau ce changement est-il amené à résoudre, ou bien va-t-il créer ? Sept chercheuses et chercheurs (Xavier May, Jean-Michel Decroly et Léa de Guiran de l’IGEAT- Faculté des Sciences ; Pauline Bacqaert et Chloé Deligne du LIEU, Faculté d'Architecture La Cambre Horta ; Pierre Lannoy et Valentina Marziali de METICES, Faculté de Philosophie et Sciences sociales) tentent de répondre à ces questions dans une publication Brussels Studies.

Tandis que la tarification progressive de l’eau était présentée comme solidaire, l’article montre qu’elle est en réalité ni sociale ni écologique :

Pas sociale d’abord, car l’analyse montre que la tarification progressive ne bénéficie pas aux ménages les plus pauvres : elle profite aux ménages qui consomment peu d’eau (par personne), mais ceux-ci se retrouvent en réalité autant dans les bas que les hauts revenus. La tarification solidaire ne l’est donc pas et elle n’est pas non plus sociale puisqu’elle ne favorise pas les bas revenus.

D’autre part, l’argument écologique qui voudrait qu’une tarification progressive incite les ménages à économiser la précieuse ressource n’est pas prouvé, à Bruxelles comme dans d’autres villes. La baisse de la consommation en eau qui s’observe est vraisemblablement due à d’autres facteurs que le prix, tels que la diffusion d’appareils consommant de moins en moins d’eau.

L’article propose donc de de généraliser la tarification linéaire à tous les foyers, petits ou grands, plus ou moins nantis, dotés ou non d’un compteur individuel, à partir de 2022.




 
Contact
Communication Recherche : com.recherche@ulb.ac.be