1. Actus & Agenda
  2. FR
  3. Actus
  4. Recherche

Télétravailler ? Possible pour à peine un salarié sur deux en Région Bruxelloise

Publié le 17 décembre 2021 Mis à jour le 17 décembre 2021

Avec la crise sanitaire, un nombre accru de salariés, tant dans le secteur privé que public, ont eu recours au télétravail. Cependant, tous ne sont pas égaux face à celui-ci. Une synthèse inédite identifie divers impacts et enjeux du télétravail pour la Région bruxelloise.

Avec la crise sanitaire, un nombre accru de travailleurs ont eu recours au télétravail. Cependant, le télétravail ne peut être activé que pour une part limitée des emplois salariés. Cette proportion varie en fonction de la profession exercée et du secteur d’activité. Un peu moins de la moitié (45 %) des salariés dont le lieu de travail est la Région bruxelloise pourrait télétravailler. Une étude  réalisée par le DULBEA et l’IGEAT et coordonnée par l’institut interfacultaire EBxl (Benjamin Wayens) identifie divers impacts et enjeux du télétravail pour la Région bruxelloise. 
​​
​​​​On y découvre notamment que les facteurs qui influencent l’offre de télétravail, du côté des employeurs des secteurs publics et privés, sont :
  • les modalités de prise en charge par les entreprises et les institutions des coûts de mise en œuvre, notamment les investissements dans le matériel ICT, les formations nécessaires à son implémentation, ainsi que les mécanismes de protection des données ;
  • les enjeux liés à la modification des modes de gestion du personnel et d'organisation du travail.

Du côté de la demande dans un modèle de télétravail sur base volontaire, l’acceptabilité par le travailleur conditionne la mise en œuvre du télétravail. Les facteurs qui favorisent cette demande de télétravail sont :

  • la volonté par le travailleur lui-même d’effectuer du télétravail, qui dépend de nombreuses caractéristiques individuelles (impact sur le bien-être…) ; 
  • l’autonomie et la flexibilité dans l’organisation du travail, ainsi que son impact sur la conciliation entre vie-privée et vie professionnelle ;
  • le gain de temps potentiel de la réduction des déplacements et donc du stress et de la fatigue liés au transport.
L'ensemble des résultats sont à découvrir ici