Publié le 11 décembre 2019 Mis à jour le 12 décembre 2019

Une technologie mise au point par des chercheurs de l'École polytechnique de Bruxelles permet de garder les radars de la Marine belge, mais aussi les ailes et le fuselage des avions de ligne à l'abri du givre.

Tout commence par une collaboration entre l’ULB et la Marine belge : « Ils voulaient qu’on développe un système antigivre pour les radars qui équipent les bateaux », explique Carlo Iorio, chercheur au MRC (Microgravity Research Center, École polytechnique de Bruxelles). L’équipe élabore donc un système de détection de formation et de contrôle de la glace sur ces structures. En 2018, le système est testé avec succès, en situation réelle.

Une belle réussite qui n’échappe pas au constructeur Airbus, qui y voit une opportunité pour ses avions. Dans le cadre d'un projet de recherche industriel en lien avec le programme "graphène" de la Commission européenne (Graphene Flagship), Airbus retient la technologie développée par l’équipe du MRC pour la tester sur des avions.

De fait, la formation de glace sur les ailes et le fuselage de l'avion l'alourdit, mais surtout change son aérodynamisme, ce qui peut être dangereux. C'est pour cela qu'avant chaque décollage, en hiver, quand les conditions météorologiques sont mauvaises, les avions passent par une phase de dégivrage. Grâce à cette nouvelle technologie basée sur le graphène, Airbus et ses partenaires du projet tentent de mettre au point une alternative à cette pratique de dégivrage "à l'ancienne".

Contact
Service Communication Recherche : com.recherche@ulb.ac.be